Birmanie

DELPHINE DE LORME & JEAN CURCI - Quand la France crée

Visiter la Birmanie et, en plus, en ramener des souvenirs différents, qui se démarquent des traditionnels ombrelles, soie, thanaka, longyis ou marionettes… C’est l'approche adoptée par deux Français, Delphine de Lorme et Jean Curci. Leur pari : apporter leur grain de sel, leur “French Touch”, avec une gamme de produits créatifs et originaux.

Une alliance fortuite
En octobre 2013 se trouvent à Yangon un entrepreneur en quête de nouvelles aventures et une artiste, répondant aux noms de Jean Curci et Delphine de Lorme. Il est marseillais, récemment arrivé de Shanghai; elle est parisienne, fraîchement débarquée des Philippines. Ils viennent de se rencontrer et Delphine a "d’un coup de baguette magique" transformé le bar de Jean,  "d’espace étrange en lounge branché". Ce jour-là, Jean se demande que faire des magnifiques anciennes photos birmanes qu’il a vues récemment, Delphine cherche une idée de cadeau à rapporter en France, et a besoin d’un sac. Portés par leurs influences et besoins respectifs, ils imaginent sacs, pochettes, et canevas – l’alliance est scellée, Yangoods est conçu, et voit officiellement le jour en mai 2015.

Des visions complémentaires
"Capitaine Jean", comme l’appelle Delphine, est un homme d’affaires. Il s’inspire autant de la marque chinoise Shanghai Tang, qu’il définit comme "la mode Chinoise internationale, chic et trendy,  nourrie d’un héritage culturel millénaire", que d’un entrepreneur comme Tommy Hilfiger qui "saisit la quintessence d'un design et le rajeunit, le renouvelle, le réinvente". Delphine est décoratrice d’intérieure, réalisatrice, danseuse mais peintre avant tout : "Frida Khalo pour ses autoportraits colorés, Raoul Dufy pour son bonheur enfantin, Chagall pour sa fantaisie, Boucher pour sa technique […] Warhol pour le pop, Picasso pour son génie, Matisse pour sa pureté". Leurs deux univers sont complétés par celui de Clara Baik, originaire de Séoul, qui assure le business développement et Htin Htin, Birmane en charge des relations publiques locales. La combinaison des quatre est explosive et le développement de la marque est rapide : en décembre 2016, Yangoods compte trois magasins à Yangon, deux nouvelles boutiques à Bagan et Mandalay, ainsi que vingt points de vente disséminés dans les hôtels et restaurants des principaux points touristiques du pays. Pour 2017, on attend "Plus de shops, plus de produits, et une nouvelle gamme artisanale" avec pour 2018, un objectif international. Une success story à la française.

Yangoods, une marque profondément birmane…
Lorsque les deux Français qualifient leur marque, c’est l’adjectif "birmane" qu’ils utilisent. Une Birmanie à mi-chemin entre "les couleurs brunes et chaudes traditionnelles" et "les couleurs vives et saturées du Myanmar d’aujourd’hui et de demain". A la source, un désir profond de transmettre la culture locale, et d’ancrer dans le temps un pays unique, qui "ne s'oublie pas". Si vous leur demandez leur plus grande fierté, parmi tous les projets qu’ils ont l’un et l’autre accomplis en trois ans de vie birmane, Jean et Delphine vous répondront à l’unisson que c’est de voir "des Birmans fiers de porter leur héritage" autant que "des étrangers fiers d’offrir des designs birmans vintages".

…aux accents d’Amélie Poulain
Derrière la marque, il y a un art, celui de Delphine. Celle qui définit un artiste comme "une éponge qui s'imbibe de ce qui l'entoure pour créer une œuvre, provoquant une émotion qui invite à la réflexion", fait de chaque cahier, bracelet, toile, ou sac, une réflexion sur le Myanmar, son passé, son évolution, et sa muabilité constante. C’est dans cet art précisément, que nous retrouvons la France. De France il y a l’insolence, le mélange, la passion aussi. Le romantisme des longs cheveux birmans comme une toile de la renaissance. Yangoods, c’est dans l’imaginaire de ses fondateurs, Amélie Poulain à Yangon. Des images en saccades, "une réalité recrée, romantique, artistique et imagée, qui sublime les clichés de la ville et des gens". Des couleurs de tous les côtés et des histoires d’hommes, où la Pagode Shwedagon remplacerait Montmartre.

Showroom & Workshop (Tous les jours de 11h à 20h)
#62 Shan Gone Street, Yangon – Tél. : 092 610 763 70 – Email : sales@yangoods.com - www.yangoods.com
Bo Gyoke Market Showroom (Tous les jours sauf le lundi de 9h à 17H)
#89 (Front wing) Near the Main Entrance, Bo Gyoke Market, Yangon – Email : sales@yangoods.com - www.yangoods.com
Bo Gyoke Market Shop (Tous les jours sauf le lundi de 9h à 17H)
#64 Central (Main) Building, Bo Gyoke Market, Yangon – Email : sales@yangoods.com - www.yangoods.com
Le Planteur Shop (Tous les jours de 10h30 à 22H)
#80 New University Road, Yangon – Tél. : 015 142 30 – Email : sales@yangoods.com - www.yangoods.com

Lundi 9 Janvier 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Inès de Belsunce 

 

 

A la Une en Birmanie

PORTRAIT - Olivier Maubon : dans l’ombre des rois du pétrole

Il s’agit bien d’huile qui tâche mais c’est une huile stratégique et ça les chercheurs l’ont bien compris. Pour les aider à soulever des montagnes lorsque leur flaire a senti cette odeur âcre difficilement oubliable, Olivier Maubon, … leur fournit du personnel. Rencontre avec cet homme de l’ombre.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé

COACHING - Être pilote de sa vie, ça veut dire quoi ?

Aujourd’hui, j’ai fait une très belle rencontre à Shanghai et cette personne m’a posé une excellente question : “Pour toi, c’est quoi être pilote de sa vie ? Comment est-ce que je peux avoir un peu plus la sensation d’être pilote de ma vie ?”
Expat - Politique

PIERRE VERLUISE – "M. Trump pourrait être une formidable opportunité pour l’Europe"

Contestée par près de la moitié des candidats de cette présidentielle, l’Union européenne n’a jamais semblée aussi fragile. Traversant une crise profonde, la question de son avenir se fait plus prégnante que jamais. Entre référendum de sortie, retour au Franc, et reconquête d’une souveraineté nationale, comment pouvons-nous expliquer un tel euro-scepticisme ? Pierre Verluise, docteur en géopolitique, directeur du Diploweb.com et co-auteur avec Gérard-François Dumont de "Géopolitique de l’Europe. De l’Atlantique à l’Oural" (PUF) nous répond.
Magazine