Birmanie

TRANSPORTS – Une personne portée disparue après le naufrage d’un bateau dans l’État Rakhine

Aung Thura, jeune employé du bâtiment âgé de 24 ans, était toujours porté disparu en milieu de semaine après le naufrage mardi d’un ferry dans un bras de la rivière de l’Ile de Moesel (région de Sittwe). Le bateau, qui le transportait avec 20 autres passagers au moment des faits, aurait sombré à 100 mètres du rivage à cause d’une fissure dans la coque, selon les premiers éléments de l’enquête de police. Un autre bateau, non loin, a pu arriver à temps pour secourir la plupart des passagers, dont certains sont depuis soignés à l’hôpital le plus proche. Une plainte a été déposée contre le conducteur du bateau, âgé de 63 ans, selon les mêmes sources. Vendredi 30 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

AGRICULTURE – Mise en place d’une stratégie nationale de développement

Le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Irrigation met actuellement la dernière main au 3ème volet de sa stratégie nationale de développement agricole. Dans le cadre de ses consultations, le ministère a organisé mardi à Yangon un atelier où les professionnels du secteur ont pu partager leurs idées, retours d’expériences et conseils. Cette stratégie, prévue pour être publiée en août après un an de travail, touche des domaines aussi variés que la sécurité alimentaire, la nutrition et le renforcement des capacités du secteur. Elle vise à améliorer le niveau de vie des agriculteurs ainsi que des populations rurales, avec comme ultime objectif de contribuer à un développement économique national tout en favorisant la concurrence et, in fine, une bonne gouvernance. Vendredi 30 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

ÉNERGIE - Mission commerciale française sur les énergies renouvelables

Six entreprises françaises spécialisées dans les énergies renouvelables ont mené les 21 et 22 juin 2017 une mission collective à Rangoun et à Nay Pyi Taw. Lors du déplacement en Birmanie de cette délégation, organisé par le bureau Business France de Rangoun, la première étape, Rangoun, a été marquée le 21 juin par une cinquantaine de contacts directs franco-birmans, y compris des rencontres entre les entreprises françaises et les associations birmanes du secteur des énergies renouvelables. Le lendemain, à Nay Pyi Taw, la délégation s’est entretenue pendant 45 minutes avec le Ministre de l’Énergie et de l’Électricité, M. Pe Zin Tun. Au menu des discussions : le potentiel de développement des énergies renouvelables en Birmanie, le prix de l’énergie électrique, les besoins à venir du réseau actuel, ou encore les projets des bailleurs de fonds dans ce secteur. En guise de conclusion, l’escale dans la capitale s’est achevée par un atelier dédié aux énergies renouvelables et des présentations croisées entre les interlocuteurs birmans du ministère de l’Énergie et de l’Électricité et les entreprises françaises. Source: Ambassade de France en Birmanie
Vendredi 30 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

PRESSE – Trois journalistes doivent comparaître pour "rassemblement illégal"

Trois journalistes birmans, détenus depuis leur interpellation lundi dans l’État Shan, doivent désormais comparaître devant la justice pour répondre de chefs d’accusation de "rassemblement illégal". Les autorités reprochent à ces trois journalistes (Aye Nai et Pyae Phone Naing, qui travaillent pour le journal Irrawaddy, ainsi que Thein Zaw, journaliste à  the Democratic Voice of Burma) d’avoir rendu compte d’une manifestation organisée par un groupe ethnique considéré comme "illégal" : l’Armée de libération nationale Ta’ang (TNLA). En vertu d’une loi datant de l’époque coloniale, ils encourent une peine maximale de 3 ans de prison Depuis leur arrestation, ils sont détenus dans un endroit tenu secret et seraient "bien traités", a précisé un porte-parole de la Conseillère d’État Aung San Suu Kyi. Ces arrestations ont une nouvelle fois provoqué de vives réactions de la part des médias locaux, dont certains s’inquiètent des restrictions grandissantes de la liberté d’expression depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement actuel, en avril 2016. La loi relative aux rassemblements illégaux a souvent été utilisée par les autorités pour procéder à des arrestations jugées arbitraires, a pour sa part rappelé l’ONG Amnesty International, qui a par ailleurs demandé que ces journalistes soient relâchés. Plusieurs gouvernements occidentaux (dont celui des États-Unis) ont aussi exprimé leur inquiétude au sujet de cet incident. Jeudi 29 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

RESTAURATION – Non, McDonald’s n’ouvre pas de restaurant à Yangon

Une annonce sur le réseau social Facebook, en début de semaine, qui était rapidement devenue virale, s’est finalement révélée fausse, créant ainsi, dans la foulée, un torrent de réactions. La publication émanait d’une page Facebook "Mc Donald’s Myanmar", créée lundi, et évoquait l’ouverture en septembre du premier restaurant en Birmanie, à Yangon, de la chaîne mondiale de restauration rapide. En moins de 24 heures, la page recueillait plus d’une dizaine de milliers de "likes", en réaction à un présumé concours censé sélectionner 20 lauréats pour participer à un "test gustatif" en prévision de l’ouverture de ce premier restaurant. Depuis le démenti de cette information, mercredi, les réactions n’ont pas cessé, mais cette fois-ci en mode colère, déception, voire exaspération et même injures. Plusieurs chaînes internationales de restauration rapide, comme KFC ou Burger King ont ces derniers mois fait leur apparition pour la première fois en Birmanie, et notamment à Yangon. Quant à McDonald's, sur son site "Corporate" qui détaille les modalités de franchises, la page Myanmar précisait mercredi que le géant américain "n’a pas arrêté de date ferme concernant le développement de restaurants au Myanmar". "Mais dans l’avenir, il se peut que nous agissions en vue d’ouvrir des restaurants McDonald's (dans ce pays)", précise la société. Jeudi 29 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

SÉCURITÉ – La Birmanie veut moderniser sa police

La Birmanie veut moderniser le matériel, souvent obsolète, de ses forces de l’ordre, en particulier ses brigades anti-émeutes, a annoncé lundi le Général de division Aung Soe, Vice-ministre de l’intérieur, devant la Chambre des Représentants. Le matériel concerné serait en premier lieu les armes dont sont équipés les policiers, mais aussi les outils de communication, les véhicules, ou encore les uniformes, a précisé le Vice-ministre en présentant son budget à l’approbation des députés. Il a également évoqué des machines à rayons X portables, des détecteurs d‘explosifs, des drones et des caméras vidéo dans cette liste prévue. La police nationale birmane, officiellement constituée en 1995, compte environ 75.000 agents, sous la tutelle du ministère de l’intérieur. Chacun des sept États et des sept régions de la Birmanie sont par ailleurs doté de ses propres forces de police. Jeudi 29 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

TECHNOLOGIE – Le groupe japonais Daiwa s’investit dans l’internet birman

Misant sur l’explosion du marché de l’Internet et des télécommunications en Birmanie, le groupe japonais Daiwa Securities Group a annoncé son intention d’investir plus de 6 millions de dollars pour acquérir près de 10 pour cent du capital de la société Frontiir, fournisseur d’accès. Fondé en 2013, Frontiir dessert principalement les villes de Yangon et Mandalay et souhaite, à moyen terme, étendre ses services à d’autres grandes villes de la Birmanie.

Mercredi 28 Juin 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie)

A la Une en Birmanie
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique
Magazine