YOUSSEF S. GERMANOS - « Petites Morts à Beyrouth »

 

A l’occasion de la signature de son livre « Petites Morts à Beyrouth », aux éditions TAMYRAS,  qui aura lieu jeudi 11 mai (à partir de 18 h au Santana – Achrafieh), nous avons rencontré Youssef S. Germanos pour en savoir plus. Entretien.

Photo : Youssef S. Germanos / Tamyras
LPJ Beyrouth : Pourriez-vous vous présenter ?
Youssef Germanos : Sans que ce soit mon métier principal, j’écris depuis très longtemps, depuis l’âge de 7-8 ans. J’ai déjà envoyé plein de manuscrits et j’ai amassé une très jolie collection de lettres de refus d’éditeurs au fil des années. J’ai d’abord édité sur une plateforme d’autoédition en ligne, un recueil de premiers chapitres intitulé « Préliminaires ». Le lecteur était invité à voter pour exprimer quel chapitre il aimerait voir se développer par la suite. « Petites Morts à Beyrouth » est le premier ouvrage que j’édite via une maison d’édition classique et en format papier.

Cela vous a pris beaucoup de temps pour écrire ce premier ouvrage ?
Oui car je ne faisais pas que cela ! J’ai mon travail de monteur-truquiste et ma vie à coté, donc cela m’a pris 4 ans. Si je ne faisais que cela, cela m’aurait sans doute pris 4 mois. J’ai écrit par épisodes, parfois pendant 6-7 mois, je n’avais pas le temps d’écrire une seule ligne. J’écrivais dans des fenêtres de deux-trois semaines, consacrées uniquement à l’écriture.

Comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre ?
L’idée de base c’est celle de la rétro-vision, c’est par cette idée là que tout a commencé. Les autres idées se sont greffées autour et ensuite, tout s’est enchainé. L’explication technique, scientifique de la rétro-vision serait que ce que nous regardons quand nous observons le passé est la surface d’un miroir situé sur une étoile à des années lumières. Cette idée de la rétro-vision m’est venu un jour en observant les étoiles. Je me suis dit : ‘Tiens, peut-être que sur cette étoile, il y a un énorme miroir naturel, et sur ce miroir je pourrais voir la réflexion de Cléopâtre !’

Photo : Couverture du livre « Petites Morts à Beyrouth » / Tamyras
Pourquoi avez-vous intitulé votre livre « Petites Morts à Beyrouth » ?
Pour mettre en évidence le rapport de Beyrouth à la vie et la mort.

Quelle est votre relation avec la ville de Beyrouth ?
Bien que je n’en sois pas originaire au sens communément admis au Liban, je ressentais le besoin d’écrire sur Beyrouth. C’est la ville que je ressens comme étant « ma » ville.  J’entretiens avec cette ville un rapport d’amour-haine, plus qu’un rapport d’amour pur. C’est plutôt conflictuel. Mais comme beaucoup de Beyrouthins, quand j’y suis, j’ai envie de m’en aller et quand je n’y suis pas, cette ville me manque terriblement !

Avez-vous d’autres projets à venir ?
J’en ai en permanence ! Je n’ai jamais cessé d’écrire et je ne compte pas cesser de sitôt !



Sarah DELBOS (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) mercredi 10 mai 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter 

 

TYR - Echappée belle au Sud-Liban

La ville historique de Tyr se situe à 83 km au sud de Beyrouth, sur le littoral sud du Liban. Figurant au patrimoine mondial de l'Unesco, Tyr est une…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine