ARAK – « Le lait des braves »

 

Cousin du pastis et de l’ouzo, l’arak est le breuvage traditionnel libanais. Surnommé « le lait des braves » dans la région de Zahlé, il est habituellement siroté entre amis ou en famille autour d’une table remplie de « mezzés ».

Ce mélange entre raisin blanc et anis, est une spécialité du Moyen Orient. Mais, en raison des prescriptions religieuses interdisant la consommation d’alcool dans certains pays de la région, le Liban est l’un des rares pays à distiller et consommer couramment cette boisson alcoolisée. 

Comment est-il fabriqué ?
L’arak libanais est produit principalement dans la région de la Békaa. La production de l’arak se fait par la distillation du jus de raisin dans un alambic. Au cours du processus, des graines d'anis sont ajoutées pour concentrer les arômes. Au total, trois distillations sont nécessaires pour obtenir ce liquide à fort taux d’alcoolémie.

Comment le consomme-t-on ?
Oscillant entre 40 et 50° d’alcool, l’arak est un alcool très fort qui se boit frais avec des glaçons. Traditionnellement, au Liban, pour un volume d’arak, on mélange un volume d’eau (moitié-moitié) ou deux volumes d’eau (un tiers-deux tiers). Surnommé le « lait de la lionne », l’arak est un emblème de la gastronomie libanaise. Ce mélange à la couleur blanchâtre est généralement dégusté au cours du repas. La consommation d’arak fait partie du « mode de vie » libanais. De nombreux Libanais fabriquent leur propre arak « maison » pour le consommer en famille ou le vendre dans des petites échoppes.

Quels sont les chiffres ?
Il n’y a pas de chiffres exacts sur la production d’arak au Liban, mais cette dernière a considérablement baissé selon l’Académie libanaise de la Gastronomie. La baisse des exportations dans certains pays en guerre comme l’Irak et la concurrence grandissante de la Jordanie dans ce domaine expliquent cette diminution. On estime néanmoins, qu’environ 1 700 000 bouteilles sont vendues par an.

 

 

Sarah DELBOS (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) Vendredi 12 mai 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter 

 

TYR - Echappée belle au Sud-Liban

La ville historique de Tyr se situe à 83 km au sud de Beyrouth, sur le littoral sud du Liban. Figurant au patrimoine mondial de l'Unesco, Tyr est une…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine