DIASPORA – Les hommes d’affaires d’origine libanaise

 

Après nos séries sur les stars de la musique et des écrans, nous vous proposons une sélection de businessman d’origine libanaise évoluant dans divers domaines.

Photo: Carlos Ghosn / Source Wikipédia

Carlos Ghosn
Le PDG des groupes Nissan et Renault est de nationalité libano-franco-brésilien. Son grand-père, Béchara Ghosn, un Libanais maronite, a émigré au Brésil à l’âge de 13 ans. Carlos Ghosn est né à Porto Velho en 1954 puis il part vivre au Liban à l’âge de 6 ans pour des raisons de santé. Il déménage en France à 16 ans et y poursuit de brillantes études en France.



Carlos Slim

Le milliardaire mexicain né en 1940 est d’origine libanaise par ses parents. Son père Khalil Salim Haddad émigre au Mexique en 1902 à l’âge de 14 ans pour échapper à la conscription dans l'armée ottomane et rejoint ainsi déjà installés. Il change alors son nom en Julián Slim Haddad.  Sa mère, Linda Hélou Atta, née au Mexique est aussi d’origine libanaise, ces parents ayant émigré à la fin du 19eme siècle.

Photo: Jacques Saadé / Source Blog CMA CGM
Jacques Saadé
Le fondateur et actuel président de la compagnie de fret maritime CMA CGM est né au Liban en 1937 d’un famille d’entrepreneurs dont les usines étaient en Syrie. C’est au cours d’un stage à New York qu’il comprend les enjeux de la conteneurisation dans le commerce international. Fuyant le Liban en guerre, Jacques Saadé part en 1978 à Marseille et fonde la Compagnie maritime d’affrètement (CMA). Aujourd’hui, CMA CGM est la troisième compagnie de fret maritime dans le monde et la première en France.

Joseph Safra
Le banquier brésilien est né en 1939 à Alep d’un famille juive libanaise. Il passe son enfance à Beyrouth et immigre avec sa famille au Brésil en 1952. La famille Safra est propriétaire du groupe éponyme qui comprend plusieurs banques importantes à travers le monde. La « fibre banquière » de la famille Safra remonte à l’Empire ottoman, du commerce des caravanes entre Beyrouth, Alep, Alexandrie et Istanbul.

Iskandar Safa
Le sulfureux homme d’affaires, qui s’est fait connaitre notamment lors de l’affaire des otages français du Liban dans les années 80, est d’origine libanaise. Né à Beyrouth en 1952, Iskandar Safa s’engage au sein des milices chrétiennes libanaises dans sa jeunesse avant de partir aux Etats Unis où il devient ingénieur de travaux publics. Il s’installe en France au début des années 80.

Sam Hammam
Le propriétaire du Cardiff City Football Club est né au Liban en 1947 dans le village de Dhour Choueir, dans le Metn. Après avoir fait fortune dans la construction dans les pays du Golfe, Samir Georges Nassib Hammam s’installe en Angleterre en 1975. L’homme d’affaires devient tout d’abord le propriétaire du Wimbledon FC de 1981 à 1997. En 2000, il acquière Cardiff pour la somme de 3,1 M de livres.

George Maloof 
Cet entrepreneur américain et homme d'affaires est le propriétaire des Sacramento Kings, l’équipe de basket de la ville du même nom, depuis 1998. Ses origines libanaises lui viennent de son grand père Joseph Maalouf, qui possédait un magasin de distribution générale au Nouveau-Mexique en 1892.

Tony Fadell 
Cet informaticien américain est considéré comme le père de l’iPod. Sa mère est originaire d’un quartier ouvirer de Détroit connu sous le nom de « Polish Town ». Son père, quant à lui, a grandi dans une grande famille libanaise de Toledo. « La veille de Noël, nous mangions libanais, et le lendemain, nous savourions un repas polonais-russe », aime raconter M. Fadell.

                                                                                                                                                      Photo : Tony Fadell / Source Wikipédia

Nicolas Hayek 
L’ancien président du groupe d’horlogerie Swatch, décédé en 2010, était né à Beyrouth en 1928. Sa mère était une libanaise de confession juive, mariée à un dentiste américain professeur à l’Université américaine de Beyrouth. C’est à la suite de ses études supérieures à Lyon que Nicolas Hayek part en Suisse. 

 

N’hésitez pas en commentaire à proposer d’autres noms que nous n’avons pas mentionné !



La Rédaction (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) vendredi 6 janvier 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

 

 
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine