Beyrouth

GENOCIDE ARMENIEN – 102 ans après

Le 24 avril, une commémoration du 102e anniversaire du génocide arménien a eu lieu sur la place des Martyrs de Beyrouth. Estimée à 140 000 personnes, la communauté arménienne constitue l’une des sept principales composantes de la population libanaise.

Retour sur les événements
Entre avril 1915 et juillet 1916, 1 200 000 Arméniens sont assassinés, soit les deux-tiers de la population arménienne vivant à l’époque en Turquie.

Les actes pré-génocidaires contre les Arméniens commencent dès la fin du 19e siècle. De 1894 à 1896, 200 à 250 000 Arméniens sont massacrés sous les ordres du sultan Abdülhamid II. En 1909, les Jeunes-Turcs renversent le sultan et s’emparent du pouvoir. Longtemps basé sur une coexistence relativement pacifique entre les communautés, l’Empire Ottoman sombre dans l’ultranationalisme. Dès 1909, les Jeunes-Turcs multiplient les exactions contre les Arméniens d’Asie mineure : entre 20 et 30 000 sont tués à Adana le 1er avril de cette année-là.
Photo : Déportation de la population arménienne de la ville de Kharpout par les soldats ottomans, avril 1915. (Wikipédia)

Un projet d’épuration ethnique
La guerre qui éclate en 1914 est l’occasion pour les Jeunes-Turcs de mettre en place leur projet d’éradication qui consiste à « détruire tous les Arméniens résidant en Turquie. Il faut mettre fin à leur existence, aussi criminelles que soient les mesures à prendre. Il ne faut tenir compte ni de l'âge, ni du sexe. Les scrupules de conscience n'ont pas leur place ici » *.

Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople, capitale de l'Empire Ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début du génocide. Le 27 mai 1915, une « loi provisoire de déportation » autorise l'expulsion de la population arménienne hors de l'Empire Ottoman « pour des raisons de sécurité intérieure ». Les déportations et massacres sont organisés depuis Constantinople, puis mis en œuvre à l'échelle locale.

De mai à septembre, les Arméniens des provinces orientales d'Anatolie sont déportés vers Alep et des camps installés dans le désert. Durant le trajet, une partie des déportés sont massacrés par les Kurdes et les autres succombent aux conditions épouvantables des marches. Après les habitants des provinces orientales, vient le tour des Arméniens de Cilicie. Dans une ultime phase au début de l’été 2016, le gouvernement décide de liquider les
Photo: Déportation de populations arméniennes                              700 000 rescapés des marches de la mort.  
avec le chemin de fer de Bagdad (Wikipédia)


À la fin de la guerre et ce malgré le traité de Sèvres qui prévoit la mise en jugement des responsables du génocide, Moustafa Kemal se ravise. Il décrète le 31 mars 1923 une amnistie générale. Depuis cette date, la Turquie nie toujours sa responsabilité dans le génocide arménien. Le parlement libanais a reconnu depuis 2000 le génocide arménien.

*télégramme du gouvernement des Jeunes-Turcs à la préfecture d’Alep

Sarah DELBOS (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) jeudi 27 avril 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter 

 

 
A la Une à Beyrouth

HEZBOLLAH - La bataille du jurd d'Ersal est lancée

Le Hezbollah libanais, puissant parti armé et allié du régime syrien, a annoncé vendredi avoir lancé une opération contre des "terroristes armés" des deux côtés de la frontière entre la Syrie et le Liban.
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine