Beyrouth

BADARO – « Le quartier idéal pour passer une soirée tranquille entre amis »

Après avoir été longtemps délaissé, ce quartier résidentiel chrétien de Beyrouth connait un regain de vie et d’attention. Reportage.

Il est 10 heures du matin à Badaro. Le vacarme des chantiers se joint à la cohue des klaxons. Employés de bureaux, vendeurs ambulants et habitants du quartier vadrouillent dans les rues du quartier. Malgré la cacophonie ambiante, il est très agréable de se balader dans les allées bordées de pins de ce « village » en plein cœur de Beyrouth.

À l’approche de l’Hôpital militaire, l’affluence se fait plus forte. Le nombre d’uniformes est impressionnant. Malades et soldats se massent aux terrasses des cafés aux abords. Cette « enclave » militaire contraste avec le reste du quartier.

À l’exception de quelques immeubles modernes, Badaro n’a pas (encore) succombé à la folie bétonnière qui a gagné Beyrouth. Avec ses villas et immeubles résidentiels des années 50, le quartier a su conserver son caractère authentique.

Les cris des enfants qui jouent dans la cour de l’école font écho aux cloches des églises. En fin de matinée, les restaurateurs commencent à préparer les tables. L’odeur des snacks embaume le quartier. À la pause déjeuner, employés de bureaux et soldats savourent sur le trottoir leurs manouchés.

Ce quartier à taille humaine où petits commerçants, bars et restaurants fleurissent, n’a pas toujours été aussi animée. Aménagé dans les années 30, Badaro est devenu dans les années 70 un quartier branché  avec de grandes enseignes de la nuit beyrouthine.

« L’ambiance est détendue »  
Mais la guerre civile qui éclate en 1975 met un terme à ces années dorées. Le quartier, situé sur la ligne de démarcation, est petit à petit déserté par ses habitants et tombe très vite dans l’oubli.

C’est seulement depuis quelques années que le quartier connait un regain d’attention. Il y a des raisons économiques à ce nouvel attrait pour Badaro, mais aussi culturelles. En effet, d’après Helmut Ruppert, dans son ouvrage Beyrouth, une ville marquée par l’Occident, « la structuration religieuse n'interfère plus » à Badaro.

En fin d’après-midi, le tumulte ambiant s’apaise et les rues se vident. L’ambiance est plus studieuse. Quelques étudiants viennent travailler dans les différents cafés de l’allée principale. L’atmosphère est calme, propice à la flânerie. Les serveurs profitent de cette accalmie pour fumer une cigarette.

En début de soirée, le quartier s’éveille à nouveau. Les restaurants et bars commencent à se remplir. Quarantenaires, trentenaires et étudiants se retrouvent attablés dans les différentes enseignes du quartier.

En soirée, l’ambiance est décontractée ! Ce quartier moins tape à l’œil que d’autres quartiers de Beyrouth, séduit de nombreux expatriés français. Pour Sophia, étudiante française à l’USJ, « l’ambiance est détendue (…) c’est l’endroit idéal pour passer une soirée tranquille entre amis ». 

Sarah DELBOS (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) vendredi 28 avril 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter 

 
A la Une à Beyrouth

HEZBOLLAH - La bataille du jurd d'Ersal est lancée

Le Hezbollah libanais, puissant parti armé et allié du régime syrien, a annoncé vendredi avoir lancé une opération contre des "terroristes armés" des deux côtés de la frontière entre la Syrie et le Liban.
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct du Moyen-Orient
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine