Berlin

GASTRONOMIE - L'Allemagne dans les assiettes

Bien sûr, la Curry wurst, les Bretzels et les Kartoffeln sont parmi les spécialités les plus connues d'Allemagne. Mais notre cher voisin n’est pas aussi culinairement pauvre que beaucoup de Français ne s'imaginent. Pour vous faire changer d'idées, lepetitjournal.com vous propose un petit voyage au pays de la gastronomie allemande, histoire de grappiller, un peu avant Noël, quelques idées pour un réveillon original

En entrée...
Vous n'y couperez pas : des patates, toujours des patates. Et pour l'entrée ce sera donc une Kartoffelsalat, ou salade de pommes de terre. C’est l’un des plats les plus populaires en Allemagne, et s'il n'existe pas de recette unique pour la préparation du plat, il existe au moins deux variantes : avec ou sans mayonnaise. A chacun de négocier avec sa ligne. Elle est aussi généralement servie en accompagnement du plat principal.

Le Schweinshaxe (photo : takeaway / wikipedia)

Pour continuer
Première idée : l’Haxe (Schweinshaxe), ou jarret de porc, est un plat de viande de porc à l'os. Il est également possible de le trouver sous d’autres noms selon les régions , comme Hachse, Hechse, Haxe, Haspel, Hämmche, Bötel en Autriche… Il peut être cuit dans de la bière, avec des carottes, du céleri et des oignons, ou encore mariné dans l'ail et le cumin avant d’être passé au four. À Berlin, on l'accompagne de purée de pois (ou "Erbspüree"), en Alsace de choucroute ou de chou rouge, et de purée de pommes de terre.

Comme plat de résistance, passons ensuite aux Spätzle, ou Käsespätle. Ces pâtes, en provenance de l'Allemagne du sud, sont servies en plat principal ou, parfois, en accompagnement d'autres plats. La base des Spätzle est une pâte simple (à base de farine, d'œufs, de sel et d'eau). À l'aide d'un couteau, on en fait de fines lanières directement jetées dans de l'eau bouillante salée (on peut également utiliser une poêle spéciale, ondulée et percée). Lorsqu’elles sont cuites, elles remontent à la surface et on les retire à l'aide d'une écumoire. Les Allemands ont pour habitude de les faire au fromage (Käsespätzle), sous forme de gratin. Lecker !

Pour continuer avec des pâtes, les Maultaschen sont une des plus célèbres spécialités allemandes. Se présentant sous forme de "ravioli", elles sont garnies à la viande, aux épinards, et aux oignons. Exportées depuis quelques années aux Etats-Unis et en Russie, elles ont été, selon la légende, inventées par les moines pour contourner l'interdiction de la viande pendant le carême : emballée dans la pâte, le Seigneur ne pouvait pas la voir du ciel ! Les Maultaschen sont donc aisément devenues le plat classique du Jeudi Saint.

Mettwurst, avec des choux et oui... des patates (Tamorlan / Wikipedia)
La Mettwurst est typique de l’Allemagne du Nord. Cette saucisse de viande de porc hachée - parfois mélangée avec du bœuf -, très épicée, est conservée par fumage ou par séchage. La grosseur, la qualité de la viande, l’assaisonnement, ainsi que les différentes méthodes de séchage évoluent selon les régions. Ainsi, la mettwurst "Braunschweiger" est un peu fumée mais très "tartinable", alors que d'autres variétés du nord de l'Allemagne, comme la "Holsteiner", sont beaucoup plus proches du salami. Les Mettwurst peuvent être frites, tartinées sur du pain de seigle avec des oignons, ou consommées crues.



Voici maintenant les Reibekuchen. Ce sont des galettes de pommes de terre allemandes, appelées aussi dans la région de Cologne Rievkoochen. Si elles ne sont pas d'un aspect très appétissant au premier regard, servies avec de l'Apfelmus, ou compote de pomme, elles se transforment en un véritable régal…

Toujours pas d'idée sur ce que vous allez préparer ce soir ? Et pourquoi pas une soupe ? La soupe de lentilles, ou Linsensuppe, est à base de saucisses de Francfort ou de Mettwürstchen, de lard et de pommes de terre, le tout cuits dans un bon bouillon de viande. Préparée dans toute l’Allemagne, elle se mange particulièrement lors de l’Epiphanie ou bien le lendemain de Noël.

Une bratapfel bien appétissante (photo Like_the_Grand_Canyon / Flickr)

Pour terminer
Pour ceux qui ne seraient pas encore repus, nous voilà arrivés aux desserts. Les Bratapfel se mangent en principe pour Noël. Ces pommes au four sont fourrées à la cannelle, à la confiture (de mûre). S'y ajoutent des amandes, des clous de girofle, des raisins secs, du miel, etc... Elles sont servies avec un coulis de vanille le soir du réveillon. Bon appétit !

Lucile Godeau et Nicolas Gateau (Lepetitjournal.com - Allemagne) Lundi 13 décembre 2010

 
Berlin

La gestion locative, mode d’emploi

Difficile de bien s’occuper de son patrimoine lorsque l’on vit loin de celui-ci. C’est pourquoi de nombreux propriétaires se tournent vers un…
Une internationale

REGARDS – La France vue par les Youtubers d’ailleurs

Ils adorent croquer nos travers, pointer nos lubies et nos drôles de manières… Certains étrangers résidant en France vont même jusqu’à faire des web séries pour raconter ce qui les étonne chez nous, et ça prête à sourire. Démonstration en vidéo
Actu internationale
En direct d'Europe
Bucarest Communauté

THIBAUT DESMONS - Entreprendre à Sibiu

Le 7 et 8 juin, le très dynamique Club francophone d'affaires de Sibiu organise dans la petite ville transylvaine des rencontres d'affaires…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine