Berlin

DANSE A LA MODE - La très rock and roll capitale allemande se met au Swing! !

Le swing est la danse du moment ! Et Berlin n’est pas en reste pour nous offrir cours conviviaux et soirées endiablées. Retour sur cette danse trépidante et tour d’horizon des bons plans de la capitale.

Pour la petite histoire…
Le swing voit le jour aux États-Unis dans les années 1930. Tout d’abord méprisée par les Blancs, cette danse afro-américaine issue du jazz se propage peu à peu à travers toute la société grâce à son rythme entraînant et sa liberté enivrante. Parmi les grandes voix du swing, on se rappelle d’Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Billie Holiday ou Chet Baker . La période consacre également les "big bands", ces grands groupes de jazz qui ont révélé des artistes comme Duke Ellington, Benny Goodman ou encore Django Reinhardt. En Europe, le swing connaît son apogée dans les années 1940 avec l’arrivée des Alliés sur le Vieux Continent. Puis, une mode en chassant une autre, le swing sera détrôné par le rock’n’roll dans les années 1950.

Swing Revival

Le swing revient en Europe dans les années 1980 grâce au Suédois Lennart Westerlund. Avec d’autres passionnés, il remet au goût du jour cette danse tombée en désuétude, chacun y ajoutant ses influences : rock, hip hop, salsa… Côté musique, le jazz manouche a conquis un vaste public ces dernières années et l’électro swing tient désormais une place de choix, porté par des groupes comme Movits (Suède), Parov Stelar (Autriche), Caravan Palace (France) ou Swing Republic (Danemark).

Tous les swings sont dans la nature
Lors de vos pérégrinations berlinoises, vous aurez de multiples possibilités. Seul, à deux ou en groupe, près de 14 variantes s’offrent à vous : Lindy Hop (le plus répandu), Balboa, Shag, West Coast Swing, Charleston… Si les rythmes et les pas diffèrent, le swing reste une danse festive et ludique, qui s’adapte aux envies de chacun.

Berlin, capitale swing
On peut évidemment apprendre à danser dans des écoles de danse. Toutefois, pour s’améliorer rapidement et faire des rencontres, les soirées restent la meilleure option. Et Berlin n’en manque pas ! Il faut généralement prévoir une dizaine d’euros pour un cours qui donne le plus souvent accès à une soirée. Comptez éventuellement quelques euros pour une soirée sans cours. A noter : tous les lundis l’école de swing Jeder-ist-tanzbar (Friedrichshain) organise après leurs cours ce qu’on appelle communément du "Social Dance", une soirée faite pour danser. Les professionnels de la Swing Patrol Berlin officient le même soir au Volksbar (Mitte) avec des cours suivis de Social Dance. On les retrouve le jeudi au Frannz Club (Prenzlauer Berg) pour une soirée "Swing & Wine". Le Clärchens Ballhaus, célèbre restaurant gypsy de Mitte, propose un cours le mercredi. Un lieu pittoresque à découvrir sans attendre ! Toujours à Mitte, le Katerholzig, haut lieu des soirées électro berlinoises, surfe sur la vague et laisse place au swing tous les jeudis à partir de 21h30. Avec le collectif "Hop It !", le samedi c’est swing jusqu’au bout de la nuit au Hausboot (Neukölln). Ambiance rétro garantie ! Pour ne rien rater, le site www.swinginberlin.de répertorie toute l’actualité swing à Berlin. Il ne reste plus qu’à chausser vos souliers !

Charline VASSEUR (www.lepetitjournal.com/Berlin.html) vendredi 16 novembre 2012

Pour trouver où apprendre à danser et plus encore (liste non exhaustive !) :
http://swingpatrolberlin.com/
http://www.jeder-ist-tanzbar.de/kontakt/
http://www.ballhaus.de/
http://www.hopit.de/
http://www.swinginberlin.de

Un avant-goût en images :
Swing, de Tony Gatlif (2002)

THIERRY NOIR - Artiste malgré lui, il est devenu l'une des célèbres figures de l'East Side Gallery

Thierry Noir. Ce nom ne vous est sûrement pas inconnu. Ses personnages, des figurines géantes et multicolores, font partie du mur de Berlin depuis sa chute, devenu ensuite l'East Side Gallery. Mais bien avant 1989, l'artiste, originaire de Lyon, avait déjà pris l'habitude de peindre sur cette frontière de béton, mais de l'autre côté, celui de l'ouest, l'autre moitié de Berlin dans laquelle Thierry Noir s'est installé en 1982 après être arrivé un…
Actualité Allemagne

HARIBO - La célèbre entreprise déménage

Installée à Bonn depuis sa création en 1920, la marque de bonbons allemande envisage, pour raison financière, la délocalisation des centres de production. Retour sur la fondation et le développement de la plus grande aventure familiale de la confiserie
A la une

BILLET - Le Choc Culturel Inversé: le Tabou des Expatriés Français

Anne-Laure Fréant revient d'un séjour de cinq au Canada et d'un an en Nouvelle-Zélande. De retour en France, elle s'interroge: Oui, l’envie de quitter la France reste la première source de motivation des expatriés, surtout jeunes, mais malgré des situations professionnelles plutôt bonnes, les jeunes reviennent en France où les conditions économiques ne leur sont pas toujours favorables. Pourquoi ne jamais valoriser ce point quand on parle de…
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2014. La Commission Européenne a ouvert dans la foulée une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Les trophées 2014

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.