Berlin

INFO PRATIQUE DE LA SEMAINE - Où manger "vegan" à Berlin?

De plus en plus de restaurants proposent des recettes « vegans », sans aucun produit d’origine animale. Petit panorama des formules adaptées à ce régime alimentaire : qui a dit qu’une cuisine sans viande ni beurre était ennuyeuse ?

(Un plat typique Hans Wurst. Photo H. Wurst)


Pour la formule entrée/plat/dessert : Hans Wurst
Pour un brunch du dimanche, ou un repas complet, c’est chez Hans Wurst qu’il faut aller. Mais avec un nom pareil, il ne faut pas s’attendre à manger de la saucisse et autres charcuteries. Ici, tout est « 100% vegan, 100% bio et 100% non-fumeur », comme le rappelle le slogan de la maison, fondée il y a deux ans. Gratins élaborés et purées épicées garnissent des assiettes colorées, où se rencontrent féculents et légumes de saison. Ces plats sains, souvent accompagnés d’un verre de vin, attirent aussi bien les vegans que les amateurs de cuisine originale. Alors que le menu change régulièrement, c’est le potiron qui est en ce moment à l’honneur, servi farci ou en soupe. Plusieurs soirs par mois, le restaurant organise même des concerts. Ou comment savourer un bon plat et de la bonne musique en même temps.
Hans Wurst
Dunckerstrasse 2a
10437 Berlin
Ouvert du lundi au samedi à partir de 12h, le dimanche à partir de 11h

(Vöner, le premier Döner vegan. Photo Sophie de Chivré)

Pour manger sur le pouce : Vöner
Quand un döner décide de se transformer en plat vegan, qu’est-ce que ça donne ? Un Vöner, du nom du petit restaurant situé sur la Boxhagener Strasse. Il aurait été dommage de priver les adeptes du veganisme de ce sandwich d’origine turque si populaire dans la capitale allemande. Chez Vöner, une préparation au soja, grillée à la broche, remplace la traditionnelle viande. La suite, vous la connaissez : une myriade de légumes, oignons, carottes, salades et tomates, viennent compléter la préparation de ce plat. Soucieux de revisiter les recettes qui plaisent aux Berlinois, le chef propose aussi des burgers de steaks de soja ainsi qu’une version « vegan » de la currywurst. Les plus gourmands pourront se régaler de frites bios. Le tout accompagné de ketchup, et de « vegan mayonnaise » sans œufs bien sûr.
Vöner,
Boxhagenerstrasse 56
10245 Berlin
Ouvert du lundi au vendredi de 11h30 à 23h
Le samedi et dimanche de 13h30 à 23h

(Les fameux cupcakes de Dawn Nelson. Photo Sophie de Chivré)


À l’heure du thé : Cupcakes
La dernière mignardise à la mode : le cupcake, ce petit gâteau américain surmonté d’une énorme couche de crème au beurre. Lorsque Dawn Nelson décide d’ouvrir son salon de thé, elle pense immédiatement à ses amis vegans qui ne pourront pas les déguster. Cette jeune Américaine a donc élaboré une recette de pâtisserie sans beurre, sans œufs, ni lait de vache. Saveur vanille, glaçage au chocolat, à la cacahouète, ou au citron, le résultat est bluffant : parmi les cupcakes proposés, impossible de distinguer lesquels sont faits au lait de soja ! Côté goût, il n’y a pas à dire, c’est tout aussi bon. Devant le succès de sa formule, Dawn propose aussi toute une gamme de recettes adaptées au veganisme : brownie, pain à la banane, ainsi que la fameuse « apple pie ». Un parfum d’Amérique souffle sur le régime vegan…
« Cupcakes »
Krossenerstrasse 12
10245 Berlin
Ouvert tous les jours de 12h à 19h


Sophie de Chivré (www.lepetitjournal.de) mardi 16 avril 2013

 

 

BON À SAVOIR – Pourquoi le concept de « Ticket-Sharing-Tasche » est-il interdit à Berlin et en Allemagne ?

Un étudiant de Nuremberg a eu l'idée de créer le « Ticket-Sharing-Tasche », une petite poche en papier suspendue au mur d'une station de métro et destinée à partager son ticket encore valable avec d'autres utilisateurs des transports en commun. À Berlin, avec des billets utilisables pendant deux heures et coûtant 2,70 euros, le concept peut paraître sympathique, mais est illégal. Le Petit Journal de Berlin vous explique les risques encourus pour…
Actualité Allemagne

STATISTIQUES – L’Allemagne en chiffres

Quelle est la surface moyenne d’un logement pour un ménage ? Quelle quantité de viande est consommée par an et par habitant ? Le temps moyen passé chaque jour devant la télé ? Découvrez les statistiques publiées dans le livre de l'Office fédéral de la Statistique édition 2014
A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie