AEROMORNING - Le budget de la défense américaine en débat après la ré-élection de Obama

 

Alors que le président américain vient d'être ré-élu (ou du moins des grands électeurs acquis à sa cause), Pierre Sparaco nous éclaire sur les impacts à venir sur le budget de la défense.

En matière de Défense, le second mandat de Barak Obama ne s’annonce pas de tout repos. En effet, il est probable que le débat consacré aux coupes claires budgétaires reprenne de plus belle, sans qu’il soit possible d’en prédire l’issue. D’autant que le candidat malheureux à la Maison Blanche, Mitt Romney, avait adopté une position diamétralement opposée à celle de son rival. Il proposait en effet d’augmenter sensiblement les dépenses militaires –sans préciser pour autant comment les financer, et cela avec un réalisme très relatif. Ainsi, Romney avait indiqué son intention de redémarrer la production du F-22 Raptor, une opération qui s’annonçait complexe et coûteuse.

Une campagne électorale où Romney a remis en selle des sujets oubliés
La nouvelle administration Obama va-t-elle infléchir des positions antérieures, renoncer en tout ou en partie à ce qu’il est convenu d’appeler la séquestration budgétaire dans le jargon politique américain. A coup sûr, la question va se poser, et cela pour plusieurs raisons. Ainsi, sans reprendre pour autant l’analyse faite au tout début des années soixante par le Président sortant Dwight Eisenhower, le complexe militaro-industriel a récemment marqué des points en agitant le spectre de pertes d’emplois considérables. Lesquelles, si elles devenaient réalité, conduiraient à des manques de savoir-faire qui ne pourraient pas être comblés dans le cas d’un retour à des jours meilleurs.

Ensuite, en martelant que les moyens mis à la disposition du Pentagone subissent une inexorable érosion, Romney avait mis en évidence des sujets d’inquiétude connus mais relégués au second plan en raison d’autres difficultés plus criantes. Ainsi, la clef de voûte de l’armée de l’Air en matière de bombardiers stratégiques reste encore et toujours le B-52H, lequel remonte aux années cinquante, les B-1 et B-2 n’ayant été produits qu’en nombre limités. Or le bombardier de nouvelle génération tarde singulièrement à devenir réalité, même si des travaux préliminaires sont soigneusement dissimulés dans le cadre des «black programs».

Le sujet des ravitailleurs en vol: à nouveau sur la table ?

Autre sujet d’inquiétude, des doutes subsistent quant à l’avenir des ravitailleurs KC-30A, seuls les 179 premiers exemplaires étant programmés alors que les KC-135 affichent, eux aussi, un âge canonique, plus de 50 ans. Dans le même esprit, la décision a été prise d’allonger la durée de vie opérationnelle des F-15 et A-10, faute de pouvoir aligner des remplaçants. Une situation compliquée par les grandes difficultés qui marquent le démarrage du F-35 Joint Strike Fighter, beaucoup plus coûteux que prévu et très en retard. Dans ces conditions, la suprématie militaire américaine est mise à mal et il est d’autant plus probable que la Maison Blanche soit à nouveau confrontée à une véritable quadrature du cercle.

Il en a été peu question tout au long de la compagne présidentielle, bien que quelques échanges entre Romney et Romney aient frappé les esprits. Le second n’a eu de cesse de dénoncer la manière de baisser la garde du premier. D’où quelques affrontements à fleurets mouchetés qui, parfois, n’ont pas manqué d’originalité, voire d’humour. Ainsi, répondant à son adversaire qui critiquait le recul des dépenses d’équipements, Obama a noté que les circonstances ont changé, que les Etats-Unis ont maintenant besoin …de moins de fusils et de baïonnettes que dans le passé.

Reste à savoir si les Etats-Unis ont encore les moyens de leurs ambitions militaires, à commencer par la possibilité de mener de front plusieurs confits «régionaux», ce qui n’est plus tout à fait certain. De même, il s’agira de déterminer le juste milieu, à commencer par le maintien d’une industrie aérospatiale et de Défense qui, ventes civiles mises à part, ne cache plus ses profondes inquiétudes. La réponse d’Obama, la «séquestration», risque fort de revenir très vite dans l’actualité.


Pierre Sparaco - AeroMorning pour lepetitjournal.com de Hambourg (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Septembre 2012
Retrouvez sur Aeromorning les autres chroniques de la semaine: http://www.aeromorning.com/index2_chronique.php - Crédit photo: Aeromorning (sauf mention contraire)

 
Berlin

HISTOIRE - 26 juin 1963 : "Ich bin ein Berliner"

Il y a cinquante-trois ans exactement, le 26 juin 1963, John Fitzgerald Kennedy prononçait un discours historique à Berlin-Ouest. L'impact de ce discours, symbolisé par la formule "Ich bin ein Berliner" a été considérable durant cette période de la guerre froide.
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine