AEROMORNING - Le budget de la défense américaine en débat après la ré-élection de Obama

 

Alors que le président américain vient d'être ré-élu (ou du moins des grands électeurs acquis à sa cause), Pierre Sparaco nous éclaire sur les impacts à venir sur le budget de la défense.

En matière de Défense, le second mandat de Barak Obama ne s’annonce pas de tout repos. En effet, il est probable que le débat consacré aux coupes claires budgétaires reprenne de plus belle, sans qu’il soit possible d’en prédire l’issue. D’autant que le candidat malheureux à la Maison Blanche, Mitt Romney, avait adopté une position diamétralement opposée à celle de son rival. Il proposait en effet d’augmenter sensiblement les dépenses militaires –sans préciser pour autant comment les financer, et cela avec un réalisme très relatif. Ainsi, Romney avait indiqué son intention de redémarrer la production du F-22 Raptor, une opération qui s’annonçait complexe et coûteuse.

Une campagne électorale où Romney a remis en selle des sujets oubliés
La nouvelle administration Obama va-t-elle infléchir des positions antérieures, renoncer en tout ou en partie à ce qu’il est convenu d’appeler la séquestration budgétaire dans le jargon politique américain. A coup sûr, la question va se poser, et cela pour plusieurs raisons. Ainsi, sans reprendre pour autant l’analyse faite au tout début des années soixante par le Président sortant Dwight Eisenhower, le complexe militaro-industriel a récemment marqué des points en agitant le spectre de pertes d’emplois considérables. Lesquelles, si elles devenaient réalité, conduiraient à des manques de savoir-faire qui ne pourraient pas être comblés dans le cas d’un retour à des jours meilleurs.

Ensuite, en martelant que les moyens mis à la disposition du Pentagone subissent une inexorable érosion, Romney avait mis en évidence des sujets d’inquiétude connus mais relégués au second plan en raison d’autres difficultés plus criantes. Ainsi, la clef de voûte de l’armée de l’Air en matière de bombardiers stratégiques reste encore et toujours le B-52H, lequel remonte aux années cinquante, les B-1 et B-2 n’ayant été produits qu’en nombre limités. Or le bombardier de nouvelle génération tarde singulièrement à devenir réalité, même si des travaux préliminaires sont soigneusement dissimulés dans le cadre des «black programs».

Le sujet des ravitailleurs en vol: à nouveau sur la table ?

Autre sujet d’inquiétude, des doutes subsistent quant à l’avenir des ravitailleurs KC-30A, seuls les 179 premiers exemplaires étant programmés alors que les KC-135 affichent, eux aussi, un âge canonique, plus de 50 ans. Dans le même esprit, la décision a été prise d’allonger la durée de vie opérationnelle des F-15 et A-10, faute de pouvoir aligner des remplaçants. Une situation compliquée par les grandes difficultés qui marquent le démarrage du F-35 Joint Strike Fighter, beaucoup plus coûteux que prévu et très en retard. Dans ces conditions, la suprématie militaire américaine est mise à mal et il est d’autant plus probable que la Maison Blanche soit à nouveau confrontée à une véritable quadrature du cercle.

Il en a été peu question tout au long de la compagne présidentielle, bien que quelques échanges entre Romney et Romney aient frappé les esprits. Le second n’a eu de cesse de dénoncer la manière de baisser la garde du premier. D’où quelques affrontements à fleurets mouchetés qui, parfois, n’ont pas manqué d’originalité, voire d’humour. Ainsi, répondant à son adversaire qui critiquait le recul des dépenses d’équipements, Obama a noté que les circonstances ont changé, que les Etats-Unis ont maintenant besoin …de moins de fusils et de baïonnettes que dans le passé.

Reste à savoir si les Etats-Unis ont encore les moyens de leurs ambitions militaires, à commencer par la possibilité de mener de front plusieurs confits «régionaux», ce qui n’est plus tout à fait certain. De même, il s’agira de déterminer le juste milieu, à commencer par le maintien d’une industrie aérospatiale et de Défense qui, ventes civiles mises à part, ne cache plus ses profondes inquiétudes. La réponse d’Obama, la «séquestration», risque fort de revenir très vite dans l’actualité.


Pierre Sparaco - AeroMorning pour lepetitjournal.com de Hambourg (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Septembre 2012
Retrouvez sur Aeromorning les autres chroniques de la semaine: http://www.aeromorning.com/index2_chronique.php - Crédit photo: Aeromorning (sauf mention contraire)

 
Berlin

La gestion locative, mode d’emploi

Difficile de bien s’occuper de son patrimoine lorsque l’on vit loin de celui-ci. C’est pourquoi de nombreux propriétaires se tournent vers un…
Une internationale

REGARDS – La France vue par les Youtubers d’ailleurs

Ils adorent croquer nos travers, pointer nos lubies et nos drôles de manières… Certains étrangers résidant en France vont même jusqu’à faire des web séries pour raconter ce qui les étonne chez nous, et ça prête à sourire. Démonstration en vidéo
Actu internationale
En direct d'Europe
Bucarest Communauté

THIBAUT DESMONS - Entreprendre à Sibiu

Le 7 et 8 juin, le très dynamique Club francophone d'affaires de Sibiu organise dans la petite ville transylvaine des rencontres d'affaires…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine