AEROMORNING - Et si Facebook permettait de réduire les coûts du transport aérien ?!

La priorité des priorités pour les compagnies aériennes est de réduire les coûts. Et si Facebook permettait de réduire les coûts du transport aérien ? Une idée pas si farfelue que détaille pour nous Pierre Sparaco

L’APG World Connect qui vient de se dérouler à Monaco, axé sur les méthodes de distribution des compagnies aériennes, fait apparaître une réalité omniprésente dans le secteur aérien. A savoir qu’il faut sabrer dans les coûts, les moindres coûts, jusque dans les détails les plus infimes : seuls survivront ceux qui y seront parvenus.

Une course permanente pour réduire les coûts
Les idées fusent, il est parfois difficile de séparer le bon grain de l’ivraie, encore que ce soit plutôt une question de bon sens. Ainsi, les commissions payées aux gestionnaires de cartes de crédit, Visa, Amex et quelques autres, atteignent chaque année plus de 4 milliards d’euros. Soit le bénéfice attendu cette année par l’ensemble des compagnies aériennes. C’est évidemment beaucoup d’argent, moins que ce coûtaient les agences de voyages du temps de leur hégémonie et, de toute manière, il n’est pas possible de faire autrement. En effet, les passagers aériens commandent leurs billets sur Internet et, inévitablement, paient par carte de crédit.
Mais un nouvel intervenant gagne en importants. De nouveaux intervenants, au pluriel, puisqu’il s’agit des réseaux sociaux, principalement Twitter et Facebook. Ils correspondent à un véritable phénomène de société, sont omniprésents et ne peuvent plus être ignorés. Mieux, les compagnies les plus dynamiques, les plus «branchées», les utilisent avec une intensité croissante. Ce qui permet de déployer des efforts de promotion qui, indirectement, permettent de réduire les dépenses de marketing.

Facebook pour réduire les frais de marketing ?
Les spécialistes réunis par APG affirment d’une seule voix, statistiques sous les yeux, que 91% des compagnies y ont d’ores et déjà recours et investissent systématiquement dans des programmes de recherche et développement qui, dès 2015, devraient conduire à de nouvelles manières de faire pour traiter les réservations ou les reconfirmer, pour gérer les bagages, etc. Autant de points de passage obligés, un mal nécessaire aux facettes multiples, dont les coûts doivent être contenus, mieux, diminués. On l’oublie trop souvent : les compagnies ne maîtrisent qu’une part minoritaire de leurs coûts dans la mesure où la plupart de leurs composants leur sont imposés et sont les mêmes pour tout le monde : prix des avions et des moteurs, du carburant, taxes et redevances aéroportuaires et autres. Le terrain d’action des spécialistes est donc plus réduit qu’il n’y paraît à première vue. C’est une véritable obsession qui apparaît mieux dès l’instant où des échanges de vues se poursuivent sur un ton très libre.
On fait le même constat en écoutant Alex Cruz, directeur général de Vueling, une «petite» low cost espagnole en train de devenir grande (60 avions, 74 destinations) et qui, à elle seule, rappelle que le transport aérien tout entier est entré dans une phase de profonde mutation. Sortie de nulle part, Vueling permet d’entrevoir un modèle économique qui reprend le meilleur de deux mondes, en train de se façonner sous nos yeux, et qui exige beaucoup d’audace. Là encore, le discours porte sur les coûts, les coûts …et les coûts. Ceux de Vueling sont les deuxièmes plus bas d’Europe, derrière ceux de Ryanair, intérieurs à ceux d’EasyJet et, bien sûr, considérablement inférieurs à ceux d’Air France-KLM, British Airways et Lufthansa. Ce qui n’empêche pas de s’écarter de la formule mise au point par Southwest Airlines : Vueling avance des prix très bas mais aussi une grille tarifaire modulée : prix "de base" (tout compris, sans mauvaises surprises), tarif intermédiaire baptisé Optima et même une classe proche de la catégorie «affaires», Excellence Fare, source de recettes unitaires franchement meilleures.
Alex Cruz, optimiste et volontaire, a surpris l’auditoire : il a affirmé qu’il va faciliter et multiplier les vols en correspondance avec d’autres compagnies et, en un deuxième temps, négocier des partages de codes. Ce nouveau modèle économique, tant attendu, maintes fois annoncé, raté de peu par Air Berlin, serait-il celui-là ? Et faudra-t-il chercher la réponse sur Facebook ?

Pierre Sparaco - AeroMorning pour lepetitjournal.com de Hambourg (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Novembre 2012
Retrouvez sur Aeromorning les autres chroniques de la semaine: http://www.aeromorning.com/index2_chronique.php - Crédit photo: Aeromorning (sauf mention contraire)

 
Berlin

BREXIT : le meilleur de la presse allemande

La presse allemande a été très inspirée par la campagne du Brexit. Que cela soit avant ou après le vote, les plus grands quotidiens allemands ont fait preuve d'imagination, d'humour et d'originalité pour traiter cette actualité brûlante. Retour sur les Unes les plus marquantes.
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine