LE GENIE DE LA LANGUE - Voulez-vous faire pack avec moi ?

 

Nous envisagions naguère d'élaborer le dictionnaire des mots interdits1. Aujourd'hui, il serait amusant de constituer le petit glossaire de ceux qui réinventent la langue française.Dernière en date la phrase du premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, qui déclare que ce dernier "va faire pack autour du gouvernement"

Vous me direz que "faire pack" ou "faire bloc" quelle différence ? Quand on se prénomme Harlem et que l'on appartient au parti des Jack (Lang ou Ralite) - plutôt que des Jacques - qui prône le care, cela "fait sens" comme diraient les camarades.  "Pack" suggère le package, tout est non dans le contenu, mais dans l'emballage.
Définitions de Pack dans  Wikipedia : "masse de blocs de glace flottants, détachés de la banquise et soudés ou non entre eux", et, plus savoureux encore dans le contexte, "ensemble de mise à jour et de correctifs logiciels".

Les mots ne sont pas neutres
Il faut lire le livre très précis de Serge Malik, ex de SOS Racisme,2 pour comprendre l'importance de ce "forgeage" des mots. Ainsi d'intégration qui serait apparu dans un discours du même H. Désir en 1982 et se serait substitué au mot plus soft d'assimilation, qui suggérait que l'on choisit de s'assimiler au corps social - métaphore physiologique - et non qu'on y fût, de l'extérieur, intégré - langage mathématique.
Tout avait commencé pour le grand public avec cette "bravitude" tant persiflée, qui n'était au fond qu'un néologisme amusant. Mais que dire des "ça m'interpelle", "ça pose problème", du" vivre ensemble" ou du "réflexe citoyen". Moi parler petit n... (cf dictionnaire des mots interdits).

Monopole du coeur3 et sinistrose ?
En campagne, le candidat s'était dit "président des bisous" et récemment à Agen, le ministre de l'économie vient "dire des mots d'amour aux entreprises".
Le redressement se veut productif et les injures si délicates de "nique ta mère" ou "ta race" remplacent benoîtement les "zut" et "crotte" d'autrefois.
Quant au même ministre de l'économie, il déclare aussi  "vouloir lutter contre la sinistrose". Ami, cours à ton dictionnaire : "sinistrose" vient de ... sinistra, "gauche".
Est-ce à dire que l'on pourrait souhaiter, comme disait Cyrano, "autant de lettres que d'esprit" ?

Elizabeth Antébi (www.lepetitjournal.com/cologne) Mardi 30 octobre 2012


1 Cf. http://www.lepetitjournal.com/cologne/a-la-une-cologne/99798-le-genie-de-la-langue-faut-il-debaptiser-cap-negre-.html
2 L'Histoire secrète de SOS-Racisme, Albin Michel, 1990.
3 Expression de V. Giscard d'Estaing, mai 1974, face à Mitterrand.

A relire :

Berlin

INFO PRATIQUE DE LA SEMAINE - Assurance maladie : comment s'assurer pour un séjour de courte ou longue durée en Allemagne?

Le choix de l'assurance maladie est une des premières démarches administratives à effectuer lorsque l'on souhaite vivre à l'étranger que ce soit pour un séjour de quelques mois ou une installation à plus long terme. En Allemagne, avoir une sécurité sociale est obligatoire, sous peine de sanctions financières, et coût un certain prix comparé à la France. Il existe des caisses d'assurance maladie publique (gesetzliche Krankenkasse) et privée…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

DIPLOMATIE CULTURELLE - Alliance Française et Institut Français : qui est qui ?

Composante majeure du rayonnement français, la diplomatie culturelle peut compter entre autres sur le réseau de l’Institut Français et celui des Alliances Françaises pour la promotion et la diffusion de la langue et de la culture françaises à travers le monde. Si leur action est complémentaire, l’existence de ces deux acteurs conduit parfois à un manque de lisibilité.

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine