AEROMORNING - Air France-KLM, Etihad, Air Berlin, Qantas et les autres.

 

A coup d'alliance, de partage de code et de joint-venture,  les grandes manœuvres commencent (continuent ?) entre Air France-KLM, Etihad, Air Berlin, Qantas et les autres. Eclairage par Pierre Sparaco

De toute évidence, mieux vaut s’allier aux ennemis de demain que de se préparer à les combattre à armes inégales. Telle est, d’entrée, la leçon à tirer de l’annonce d’un curieux accord d’Air France-KLM avec Etihad et Air Berlin. Et ce n’est là, de toute évidence, qu’un épisode parmi d’autres, dans la refonte prévisible des trois grandes alliances mondiales, Oneworld, Star et SkyTeam (1).

S'allier avec Etihad avant qu'il ne soit trop tard
En trouvant un terrain d’entente avec l’ambitieuse compagnie des Emirats arabes unis, qui détient par ailleurs 29% d’Air Berlin, Air France-KLM procède à une spectaculaire volte-face. Elle choisit en effet de coopérer avec un intervenant du Golfe qui a construit l’essentiel de sa stratégie sur le «6e liberté». C’est-à-dire en cherchant un potentiel de trafic ailleurs que chez elle, faute de pouvoir s’appuyer sur un marché national suffisamment important. C’est aussi la manière de faire de Qatar Airways et d’Emirates, cette dernière étant de longue date le meilleur ennemi d’Air France.
Air France-KLM efface ainsi le passé, opte pour l’apaisement, mais procède néanmoins avec beaucoup plus de prudence qu’il n’y paraît à première vue. Le tandem franco-hollandais utilise le terme «partenariat», et non pas "alliance", et axe sa communication sur les partages de codes et la complémentarité. Du coup, c’est le principe même de l’établissement de ces liens qui étonne, et non pas leur substance. Le partage de codes concernera, dès le 28 octobre, Paris-Abu Dhabi sur vols Etihad et Amstrerdam-Abu Dhabi sur vols KLM. De nouvelles correspondances seront établies, mettant en lice des destinations européennes et asiatiques, ainsi qu’en Australie, les trois grandes plates-formes se partageant les rôles.
Dans la foulée, Air France et Air Berlin vont procéder à des partages de codes entre France et Allemagne, KLM en faisant autant au départ d’Amsterdam. S’y ajouteront des destinations polonaises et russes ainsi qu’Edimbourg, Glasgow et Manchester. Ce serait presque banal à une nuance près : Air Berlin est une compagnie low cost repentie, membre de l’alliance Oneworld, tandis qu’Air France est membre fondateur de SkyTeam. D’où un beau remue-ménage qui suit de près le choix audacieux de Qantas de se rapprocher d’Emirates, ce qui l’oblige du coup à tourner le dos à British Airways, allié historique. Qantas était chez Oneworld, Commonwealth oblige, Emirates restant totalement en dehors du jeu des alliances. Lesquelles, pour mémoire, transportent plus d’un milliard et demi de passagers par an, la moitié du trafic mondial.

Air Berlin, toujours inclassable
Ce n’est sans doute que le début de grandes manœuvres susceptibles de bouleverser profondément le paysage aérien. Du jour au lendemain, les trois alliances dominantes sont implicitement fragilisées et apparaissent même mortelles. Et Air Berlin rappelle, si besoin est, que l’avenir des low cost : "marginales" n’est pas gravé dans le marbre : il ne suffit pas de transporter 35 millions de passagers par an pour se construire un avenir solide né d’une politique de croissance externe parfois chaotique.
Air Berlin intéresse, étonne, interpelle les spécialistes depuis un bon moment. En effet, la compagnie allemande est peut-être en train de forger un nouveau modèle économique à mi-chemin entre low cost soft et structure classique, qui chercherait à concilier le meilleur de deux mondes. Ce qui est actuellement loin d’être le cas. On notera au passage qu’Air Berlin, qui a connu dans le passé quelques révolutions de palais, est dirigée par Hartmut Mehdorn, qui fut longtemps aux commandes de la branche allemande d’Airbus.
Reste à savoir si Air France-KLM a fait le bon choix. Peut-être, sans l’avouer, le duo franco-hollandais a-t-il opté pour une méthode empirique, à un moment où le transport aérien se retrouve à la croisée des chemins. A une nuance près : les croisées de chemins se succèdent, à n’en pas finir, le secteur poursuit avec entêtement sa quête de stabilité, de rentabilité, qui reste irrémédiablement vaine. Avec un nouvel acteur que plus personne ne peut ignorer, le Golfe.

Pierre Sparaco - AeroMorning pour lepetitjournal.com de Hambourg (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) lundi 29 octobre 2012

(1) Oneworld, depuis son origine, brave les normes typographiques les plus élémentaires en cherchant à imposer «oneworld», sans majuscule. Air Berlin fait mieux, en s’affichant en un mot, également sans majuscule, airberlin. Une double manière de faire à rejeter sans autre forme de procès.

Retrouvez sur Aeromorning les autres chroniques de la semaine: http://www.aeromorning.com/index2_chronique.php - Crédit photo: Aeromorning (sauf mention contraire)

 
Berlin

EDITO - Une nouvelle équipe débarque à Berlin

Quotidien en ligne généraliste, indépendant, en français, et gratuit, Lepetitjournal.com est depuis maintenant plusieurs années le média de référence des Français et francophones expatriés. Sa version berlinoise existe depuis 2006 et était depuis des années gérée par Anaïs Gontier qui a récemment décidé de céder sa place. L’édition de Berlin continue sa route mais avec une nouvelle équipe.

La gestion locative, mode d’emploi

Difficile de bien s’occuper de son patrimoine lorsque l’on vit loin de celui-ci. C’est pourquoi de nombreux propriétaires se tournent vers un…
Une internationale

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Rome - Actualité

LA PHOTO DU MOIS - Les parapluies

Parler de la pluie et du beau temps, quel ennui! Mais tout de même, ma première année à Rome presque terminée, je souris. Dans la ville…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 

EMPLOI — La Suède, paradis du travail pour les femmes ?

Entre 2013 et 2015, le nombre de plaintes pour discrimination sexuelle déposées auprès de l’agence publique chargée de ce sujet, a presque baissé de moitié (450 et 290 plaintes, respectivement). Paradoxalement, ce sont les hommes qui portent le plus plainte, à 51-52% des affaires enregistrées ! Cela signifierait-il que les femmes sont arrivées à une position égale, voire dominante, par rapport aux hommes, sur le marché du travail suédois ?
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine