ECONOMIE - La Crise de l’Euro vue par un expatrié français à Hanovre

Olivier Bompas vit en Allemagne depuis 8 ans. A la tête d’une entreprise spécialisée dans l’achat d’actifs bancaires en difficulté, nous avons eu envie de connaître son avis, en tant qu’expert financier, sur la crise qui sévit en Europe depuis plusieurs années. Européen convaincu, il nous donne sa vision de l’avenir de l’Europe tant financière que politique.

"La crise, mais quelle crise ?"
Il n’y a pas aujourd’hui 1 crise, mais 4 crises qui se superposent : la crise financière et économique, la crise de la dette publique, la crise écologique et la crise de l’Europe.

La crise économique provient d’un problème de répartition des richesses et d’une explosion des inégalités depuis le début des années 80 : à cause d’un secteur financier hypertrophié, les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent.
Pour compenser la perte du pouvoir d’achat des populations, les états dépensent plus qu’ils n’encaissent et vivent donc au-dessus de leurs moyens. C’est la crise de la dette : publique, lorsque ce sont les Etats qui s’endettent ou privée, lorsque ce sont les ménages.
Révélée par la crise de la dette, apparaît la crise de l’Europe. Les Etats s’aperçoivent qu’avoir la même monnaie entraîne une solidarité qu’ils ne sont pas encore prêts à assumer et l’Europe se retrouve déstabilisée.
A tout cela, s’ajoute une crise écologique qui détruit l’illusion d’une croissance perpétuelle, et dont chacun est conscient sans que personne ne cherche activement à la résoudre.

Ces crises sont liées les unes aux autres, et pourtant, la résolution de l’une n’entraînera pas nécessairement la résolution des autres.

"Ce n’est pas raisonnable, il faut que cela s’arrête"
Olivier est pessimiste en ce qui concerne la crise de la dette. Selon lui, les dettes ne sont pas remboursables car personne ne voudra les rembourser. Il est probable que les pays fassent défaut les uns après les autres. Que se passera-t-il dans ce cas ? "Personne ne le sait, mais il faut tourner la page et repartir de l’avant. Pour le moment, on se contente de déplacer la dette d’une entité juridique à une autre, pourtant il faudra bien que des personnes physiques la paie ! La crise s’arrêtera le jour où ces personnes auront perdu de l’argent : soit nos enfants qui paieront donc deux fois – pour eux et pour nous -, soit les détenteurs de la dette via un défaut ou de l’inflation. Certains pays essaient de s’en sortir, surtout en Europe, mais l’austérité n’est pas la solution : elle mène à la récession et les populations ne l’accepteront pas pour toujours.

La situation actuelle est potentiellement plus grave que la crise de 1929 car il n’y a aucune éclaircie en vue : aucune réforme structurelle du système financier n’a abouti, et la dette continue d’augmenter tous les jours. Pourtant, cette crise dure déjà depuis 5 ans !"

"L’Europe politique va ressortir grandie"
Néanmoins, Olivier voit une lueur d’espoir quant à la crise européenne. "L’Europe n’est pas une puissance déclinante et il y a une véritable volonté de maintenir cette entité, peut-être pas dans sa forme et son périmètre actuels, mais plus intégrée, plus solidaire. Evidemment, cela nécessite des compromis: pour les pays du Nord, dont l’Allemagne, cela signifie accepter de donner – et non prêter – leur argent. Pour les pays du Sud, dont la France, cela signifie accepter de perdre de leur souveraineté, notamment la maîtrise de leur budget." Beaucoup de chemin a déjà été parcouru au cours des trois dernières années et des réformes, inacceptables il y a encore quelques années, sont à présent discutées ou mises en place par les gouvernements. De nombreuses autres idées sont évoquées pour aller plus loin dans la construction d’une entité politique européenne, comme par exemple : un président européen élu démocratiquement, un impôt européen pour tous les ressortissants, un dividende universel - soit le versement inconditionnel d'un revenu à chaque citoyen européen -, une plus grande uniformisation sociale, etc… Même si ces projets ne résolvent pas le problème des dettes existantes, ils dessinent une Europe plus homogène et plus solidaire.

"Au bout de 5 ans de crise économique, tout le monde en a marre. Mais si il y a un moment où il faut s’intéresser à l’Europe, c’est maintenant".

Myriam GRADWOHL (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Vendredi 26 octobre 2012

Note : Pour en savoir plus sur la construction européenne et le parlement européen, Olivier nous recommande la visite du Parlementarium à Bruxelles (http://www.europarl.europa.eu/visiting/fr/parlamentarium)

Source Image : histgeo.ac-aix-marseille.fr

 
Berlin

EDITO - Une nouvelle équipe débarque à Berlin

Quotidien en ligne généraliste, indépendant, en français, et gratuit, Lepetitjournal.com est depuis maintenant plusieurs années le média de référence des Français et francophones expatriés. Sa version berlinoise existe depuis 2006 et était depuis des années gérée par Anaïs Gontier qui a récemment décidé de céder sa place. L’édition de Berlin continue sa route mais avec une nouvelle équipe.

La gestion locative, mode d’emploi

Difficile de bien s’occuper de son patrimoine lorsque l’on vit loin de celui-ci. C’est pourquoi de nombreux propriétaires se tournent vers un…
Une internationale

REGARDS – La France vue par les Youtubers d’ailleurs

Ils adorent croquer nos travers, pointer nos lubies et nos drôles de manières… Certains étrangers résidant en France vont même jusqu’à faire des web séries pour raconter ce qui les étonne chez nous, et ça prête à sourire. Démonstration en vidéo
Actu internationale
En direct d'Europe
Rome - Actualité

LA PHOTO DU MOIS - Les parapluies

Parler de la pluie et du beau temps, quel ennui! Mais tout de même, ma première année à Rome presque terminée, je souris. Dans la ville…
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine