25N - Artur Mas accusé de corruption à la veille des élections catalanes

La campagne est montée d'un ton ce week-end. Le président sortant du gouvernement catalan, Artur Mas, a été accusé de corruption par le journal madrilène El Mundo. Barcelone a aussitôt crié au complot. Le Premier ministre Mariano Rajoy s'en est mêlé...

(Photo Creative Commons Convergenciaiunio)

À une semaine du scrutin, la campagne électorale catalane a pris une dimension sulfureuse ce week-end. Le quotidien madrilène El Mundo, réputé pour être proche du gouvernement conservateur, a publié un article mettant en cause le président de l'exécutif catalan, Artur Mas, accusé de détournements de fonds et de financement illégal de son parti, la coalition au pouvoir Convergence et Union (CiU). Une enquête pour corruption aurait été ouverte par la police judiciaire à Madrid, ce qu'est en train de vérifier le ministère de l'Intérieur espagnol. D'abord muet, le leader catalan a répliqué en annonçant qu'il allait porter plainte pour diffamation. "C'est un tissu de mensonges, un montage destiné à me déstabiliser en pleine campagne électorale", a-t-il lancé.

137 millions d'euros cachés dans des comptes en Suisse et au Liechtenstein ?

Les faits remonteraient à l'année 2008, moment où éclate l'affaire "Palau de la música". La police judiciaire met alors au jour un vaste réseau de financement occulte dans la construction du Palais de la Musique de Barcelone, auquel auraient donc contribué quatre années plus tard l'actuel président du gouvernement de la Generalitat, Artur Mas, ainsi que son prédécesseur, Jordi Pujol. El Mundo révèle en effet, citant une source de la police judiciaire, l'existence de cinq comptes en Suisse et au Liechtenstein, détenus par les familles des leaders catalans. Au total, ce serait 137 millions d'euros qui y auraient été placés en provenance de l'entreprise qui a réalisé les travaux. Artur Mas a formellement démenti au cours d'un meeting samedi : "Avec ma famille, nous avons seulement deux comptes bancaires, et ils se trouvent ici, en Catalogne." Jordi Pujol, lui, a annoncé qu'il allait porter plainte pour calomnie contre le journal El Mundo. L'enquête est en cours...

Mariano Rajoy : "Artur Mas nuit à l'image du pays"
Déjà, en novembre 2010, à quatre jours des précédentes élections au Parlement de Catalogne, El Mundo avait consacré un article à des comptes prétendument détenus par le père d'Artur Mas - qui s'appelle lui-même Artur -, en Suisse et au Liechtenstein. À l'époque, l'affaire avait secoué la région mais n'avait pas influencé le scrutin final, remporté par l'actuel leader de la coalition souverainiste au pouvoir. Ce dernier affrontement montre en tout cas toute la rivalité, pour ne pas dire l'hostilité, qui règne actuellement entre Barcelone et Madrid. Hier, à Gérone, au cours d'un meeting de soutien à la candidate du Parti populaire et adversaire désignée d'Artur Mas, Alicia Sanchez-Camacho, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a accusé le président du gouvernement catalan de "nuire" à l'image du pays et de générer de "l'instabilité" sur les marchés, alors que selon lui, un responsable politique ferait "mieux de régler des problèmes plutôt que d'en créer". Ambiance...

Artur Mas prétend que c'est la dernière fois que Madrid pourra l'atteindre
Pour rappel, les électeurs catalans sont appelés à voter dimanche 25 novembre pour choisir les 135 députés qui les représenteront au Parlement de la Generalitat pour les quatre prochaines années. En octobre, Artur Mas, président-candidat sortant, avait anticipé ces élections de deux ans pour accélérer son projet souverainiste face à l'opposition de Madrid. Les premiers indicateurs laissent penser que les desseins du leader catalan devraient être largement confortés, mais qu'il aura du mal à obtenir une majorité absolue au Parlement. Artur Mas a d'ores et déjà annoncé qu'un référendum sur la souveraineté catalane serait envisageable en 2014. Dimanche, au cours d'un meeting à Barcelone, il s'est présenté comme "le dernier président de Catalogne que l’État central peut essayer de détruire puisque la prochaine fois (les prochaines élections régionales, ndlr), la Catalogne ne dépendra plus de l’État espagnol".

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 19 novembre 2012


Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

 
Barcelone
Actualité Espagne
Une internationale

BERNARD PIVOT – "La fermeture des Instituts Français à l’étranger est un drame"

Le journaliste et écrivain Bernard Pivot était invité des Rencontres littéraires, organisées par l’Alliance Française à Paris. Celui qui a commencé à voyager à travers les livres lorsqu’il était enfant en dévorant son dictionnaire du Petit Larousse, en dit plus sur sa vision de la langue française et l’intérêt de promouvoir la francophonie à travers le monde.
Actu internationale
En direct d'Europe
Berlin - Actualité Allemagne

BREXIT - Le meilleur de la presse allemande

La presse allemande a été très inspirée par la campagne du Brexit. Que cela soit avant ou après le vote, les plus grands quotidiens…
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine