JEAN-CLAUDE MAILLY - Le Secrétaire Général de FO à Madrid à l'occasion de la grève générale du 14N

Le secrétaire général de Force ouvrière s'est rendu hier à Madrid sur invitation des syndicats espagnols, dont l'UGT, avec qui FO noue des liens historiques. Une petite délégation de Français l'accompagnait. Surpris par le climat hostile dans lequel s'est déroulée cette grève générale, Jean-Claude Mailly a affirmé que la France n'était "pas à l'abri d'une extension de cette logique d'austérité" et de ses conséquences "suicidaires"

(Photo lepetitjournal.com)

lepetitjournal.com : Pourquoi vous êtes vous joint aux manifestations espagnoles ?
Jean-Claude Mailly :
D'abord parce qu'à Force ouvrière, nous avons des relations historiques avec l'UGT : nous avons par exemple hébergé ses membres à Paris quand l'Espagne était sous le régime de Franco. De mon côté, ce n'est pas la première fois que je me rends à Madrid. Et puis il faut savoir aussi que cette journée de grève générale espagnole s'inscrit dans un cadre européen. Force ouvrière tenait ainsi à apporter son soutien.

Pourquoi ne pas vous être mobilisé en France ?

En France, la crise n'est pas de la même ampleur. Ici aujourd'hui (mercredi ndlr), c'est une journée de grève générale, c'est à dire que les syndicats ont appelé les salariés du privé et du public à cesser toute activité de travail pendant 24 heures. C'est considérable ! En France, la mobilisation ne consistait qu'en la distribution de tracts par les organisations syndicales et un défilé commun à Paris. Cela fait longtemps que l'on n'a pas fait d'appel de ce type chez nous : si ma mémoire est bonne, la dernière grève générale remonte à 1995 (c'est la seconde en moins d'un an en Espagne).

Comment se matérialise concrètement votre soutien aux Espagnols ?

Je suis arrivé à Madrid avec une petite délégation de Français. Ce matin (mercredi ndlr), nous nous sommes rendus sur des piquets de grève, comme devant El Cortés Inglés et Telefonica. Nous avons rencontré les manifestants espagnols, pu échanger. Puis je me suis entretenu avec mes homologues de l'UGT, la CCCO et de la CGT, avant la conférence de presse de la mi-journée. En soirée, nous allons nous joindre au cortège intersyndical dans les rues de Madrid.

Malgré cet aller-retour express, comment percevez-vous cette journée de mobilisation générale ?
C'est une réussite. La mobilisation est plus forte que lors de la précédente journée de grève générale. Ce qui me frappe, c'est le déploiement policier assez impressionnant mis en place par le gouvernement. On sent un climat lourd, d'anxiété, voire d'insécurité. Pour dire franchement, ça fait drôle.

Pensez-vous que la France peut être concernée à l'avenir à son tour ?

La situation que vivent les Espagnols est critique, dramatique. J'espère qu'on ne la vivra pas, mais je n'en suis pas sûr. L'Europe s'est engagée dans une politique d'austérité à tout-va imposant à chaque État de réduire sa dette publique. En Espagne et dans le sud de l'Europe globalement, cela s'est concrétisé par une chute de la croissance puis une récession économique, une baisse des recettes fiscales et de sévères coupes budgétaires. La France n'est pas à l'abri d'une extension de cette logique. Je continue à penser que cette logique globale d'austérité est suicidaire socialement, économiquement et démocratiquement.
Propos recueillis par Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 14 novembre 2012


Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

 
Barcelone

START-UP - Dernière semaine pour participer au Prix entrepreneur Tech

La chambre de commerce française à Barcelone organise pour la première fois le Prix entrepreneur tech, qui s'adresse aux startups du secteur technologique. Une opportunité de présenter son projet et peut-être obtenir un soutien pour son lancement. Inscription jusqu'au 2 octobre
Actualité Espagne

TERRASSES - La mairie de Barcelone accepte d'adoucir les mesures

Vendredi dernier, la mairie de Barcelone a accepté de modifier le décret municipal relatif aux terrasses des cafés et restaurants de la ville. L'objectif : assouplir des mesures restrictives qui suscitent polémique et tensions avec le secteur de la restauration ces dernières années.
Une internationale

EXPATRIATION – Toujours plus de Français à l'étranger

1.710.945. C'est le nombre de Français inscrits au registre mondial des Français établis hors de France pour l'année 2015. Quelles sont les régions où ils affluent ? Celles qu'ils désertent ? Analyse du rapport du gouvernement sur la situation des Français établis hors de France 2016.
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

FEMMEXPAT - Des outils exclusifs pour un retour en France réussi!

Le retour est rarement le moment le plus facile d'une expatriation. En plus du décalage entre votre vie d'expatrié et votre vie en France, vous prenez conscience de l'écart qui s'est creusé entre votre vie avant l'expatriation et votre vie après votre retour... Expat Communication, l'éditeur de FemmExpat, vous propose quatre pistes pour faciliter ce retour !

ALEXANDRE LE BEUAN - La passion du voyage et de l'entreprenariat

Fasciné par les voyages et notamment l'Asie, Alexandre Le Beuan a fondé sa propre agence de voyage, Shanti Travel, en 2005, dans l'un des pays qui l’inspirent le plus, l'Inde. Onze ans plus tard, la société est présente dans 14 pays d'Asie, emploie près de 100 salariés, et a accompagné plus de 35.000 voyageurs.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine