SIESTA – Dormir plus pour produire plus

Et si le remède face à la crise était… de faire la sieste ?! Dans un récent ouvrage, le docteur Estivill, spécialiste de la médecine du sommeil, souligne les vertus de cette tradition "made in Spain"

(Photo lepetitjournal.com)

Il est 15 heures, fin du repas. Les tapas abondaient et le vin était excellent. En sortant de cette Cerveceria, le métabolisme digestif se met en marche et la chaleur est accablante. La fatigue ralentit la démarche et alourdit les paupières. Et pourtant… il faut retourner au travail. Répondre au téléphone, veiller l’écran d’ordinateur, envoyer des mails, répondre au téléphone… pendant 5 heures. Mais même les trois cafés post-comida n’y feront rien : les gestes seront lents et le résultat du travail peu productif. Comme la fin de la journée sera salutaire !

Les salariés japonais et les astronautes de la NASA font la sieste

Et si dans ce cas, la personne avait fait une petite sieste avant de retourner travailler, quelle aurait été la conséquence ? Une augmentation de sa productivité entre 10 et 12%. C’est prouvé scientifiquement, et c’est ce qui explique pourquoi des salariés d’une entreprise de voiture au Japon ont du temps pour faire la sieste ! Dans son dernier ouvrage, "Que no et facin perdre el son" ("Que cela ne t’empêche pas de dormir"), le docteur Estivill, directeur de la clinique éponyme à Barcelone, explique qu’en 24 heures, il y a deux moments où le cerveau a besoin de dormir : la nuit, et 6 à 8 heures après le réveil. C’est pour ça qu’il faut faire la sieste à la moitié de sa journée de travail, c’est un besoin biologique. Faire la sieste, cela permet de d’accroître l’activité du cerveau, notamment la concentration, donc d’augmenter l’efficience du travail. Selon une étude réalisée en 2007 par Nasaka A. y Oikonomou E., le temps idéal pour une sieste serait compris entre 20 et 30 minutes. A la NASA, cette théorie a été mise en pratique : après une intense matinée de travail, les astronautes de l’agence spatiale américaine font une sieste d’exactement 26 minutes, afin de "reprendre des forces".

La sieste espagnole ? Un cliché !

Certains disent que la "siesta" ou "cabezita" ("piquer du nez" en français) fut instaurée en Espagne par San Benito de Nursia, plus connu sous le nom de San Benito de Abad. Il aurait imposé la "hora sexta", qui correspond à midi, aux frères de son monastère. Alors l’Espagne, bastion traditionnelle de la sieste, est-elle la championne de la productivité ? Pas si sûr. La sieste, selon une étude de la Fondation de l’Education pour la Santé (FUNDADEPS), ne fait plus partie des habitudes et du mode de vie des Espagnols. Seuls 16,2% d’entre eux la feraient quotidiennement. Une tendance confirmée par Michèle Rodriguez, psychanalyste et psychothérapeute installée à Barcelone. Interrogée sur les conséquences de la sieste, présentée comme "pratique espagnole", elle répond : "La sieste, c'est un lieu commun ! Les gens n'ont pas un créneau sieste au cours de leur journée de travail". La sieste en Espagne ? Une coutume devenue cliché.

Arnaud ROY (www.lepetitjournal.com - Espagne)  Mercredi 7 novembre 2012

 
Barcelone
Actualité Espagne
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation. Souhaitant devenir attractive et attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger, il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 

CARRIÈRE EXPAT – 5 trucs simples pour que le retour estival booste votre recherche professionnelle

L’année scolaire s’achève et votre recherche professionnelle n’a pas encore abouti. Dans ces circonstances, nous sommes souvent partagés entre plusieurs sentiments : le soulagement de faire une pause et de s’échapper de cette recherche qui patine ; la frustration d’interrompre le fil d’une démarche qui a été si difficile à mettre en place ; l'angoisse à l’idée qu’il faudra reprendre, qu’on ne saura plus faire à la rentrée, qu’on n’y arrivera peut-être pas ; la joie à l’idée des vacances qui se présentent.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine