SEANCE DE RATTRAPAGE - Que s'est-il passé cet été en Espagne ?

L'actu n'a pas levé le pied pendant les vacances. Economie, relations bilatérales, sport, société... Avec lepetitjournal.com, retour sur les grands événements qui ont marqué la pause estivale, histoire de ne pas perdre le fil au cours des conversations de cette rentrée

INCENDIES - 153.159 hectares partis en fumée
Une année noire pour l'Espagne, et certainement le pire été depuis 1994. Les incendies ont été particulièrement virulents fin juin dans la communauté valencienne (50.000 hectares), choquants en Catalogne (10.000 hectares), où fin juillet quatre personnes trouvaient la mort, dont deux touristes français. En août, le feu a brûlé 12.000 hectares dans la communauté de León, tandis que 1.200 hectares partaient en fumée dans la sierra de Madrid. Sur la Gomera (Canaries), quelque 700 hectares ont été affectés par les incendies (8% de la surface de l'île), en plein parc naturel. Fin août, c'est la région de Málaga qui a été touchée, avec près de 18.000 hectares réduits en cendre. Accidentels ou intentionnels, ces incendies ont été favorisés par une météo adverse : canicule et vents violents ont régulièrement rendu difficile la tâche des pompiers.


COUVERTURE SANITAIRE - Le système public de santé n'est plus ouvert à tous (les étrangers)

Une des mesures les plus polémiques de l'été a concerné la prise en charge sanitaire des étrangers, notamment des immigrés sans papiers, qui se sont vus exclus du système de soins gratuit. La mise en place de conventions payantes pour les personnes ne réunissant pas les conditions pour être assurées ou bénéficiaires du système public de santé affecte aussi certains Français installés en Espagne. A cet égard, les services sociaux de l'Ambassade soulignent que "les citoyens français, en tant que ressortissants de l’UE séjournant légalement depuis plus de trois mois en Espagne, pourront prétendre à une prise en charge, selon deux cas de figures : s’ils répondent aux conditions de résidence et de cotisations à la Sécurité sociale en Espagne (...) ou s’ils peuvent justifier de leur présence sur le territoire espagnol pour une durée supérieure à trois mois ainsi que de leur affiliation à un organisme d’assurance maladie français (ou d’un autre Etat membre de l’UE) par le biais du formulaire S1". Renseignez vous sur votre situation, c'est désormais indispensable.
Relire notre article de juin : cliquez ici

DEFICIT - Les régions demandent de l'argent à l'Etat central, pour payer leur dette
La tension est montée d'un cran cet été entre le gouvernement central et certaines régions, qui connaissent un urgentissime besoin de trésorerie. Le Fonds de liquidité régional (FLA), doté de 18 milliards d’euros cette année a été élaboré par l'exécutif pour leur venir en aide, en contre-partie de conditions financières et politiques strictes. Après les régions de Valence (3,5 milliards d'euros) et de Murcie (0,3 milliards d'euros), la demande d'aide financière adressée par la Catalogne courant juillet (5,023 milliards d'euros) a régulièrement été qualifiée de "sauvetage". Avec 5,7 milliards d'euros à rembourser en 2012 (42 milliards d'euros au total), c'est la région la plus endettée d'Espagne, mais aussi celle qui défend bec et ongle son autonomie budgétaire. Pas question de laisser les "hommes en noir" de Mariano Rajoy mettre leur nez dans les comptes de la Generalitat. Parallèlement, les régions craignent une course à la surenchère, avec des demandes d'aide exagérées qui viendraient à bout de l'enveloppe mise à disposition pour tous. Courant août, c'est l'Andalousie qui a fait savoir qu'elle pourrait recourrir au fonds. A la fin du même mois, les régions de Madrid, du Pays Basque, de Galice, de Navarre, de La Rioja et de Castille et Leon ont fait savoir qu'elles ne recourriraient pas à l'aide. Début septembre, seules les régions de Madrid, de la Gallice et de La Rioja maintenaient cette position.

DETTE NATIONALE - Un second sauvetage maintes fois évoqué, toujours repoussé
Tout le long du mois d'août, le confiance des acteurs économiques et des investisseurs a joué au yoyo, et avec elle les principaux indicateurs qui en découlent. Suite aux diverses déclarations, souvent contradictoires, des dirigeants européens, de Mario Draghi (président de la BCE), ou des propres responsables espagnols, la prime de risque a connu les vertiges des montagnes russes. La différence entre le taux d'emprunt espagnol et allemand à 10 ans a culminé à 638 points le 24 juillet. Le pays était alors menacé de ne plus pouvoir accéder aux marchés pour financer les quelque 40 milliards d'euros de dette arrivant à échéance d'ici la fin de l'année. Le maintient de la note espagnole (BBB+) de la part de Standard & Poors, l'annonce d'un plan de rigueur de 102 milliards d'euros et les déclarations européennes visant à démontrer leur attachement à la sauvegarde de l'euro, ont participé à une légère baisse de la pression sur l'économie nationale. Pendant toute la première quinzaine d'août, Mariano Rajoy a adopté une posture assez floue quant à l'éventuelle demande espagnole d'un second "sauvetage" au Fonds européen de stabilité financière (FESF). A ce jour, aucune décision n'a été prise, l'exécutif ibère étant en attente des conditions imposées par l'UE en contrepartie de ladite aide. L'annonce, en fin de semaine dernière, d'un plan de rachat de la dette souveraine par la BCE a permis d'apaiser les tensions sur le financement de la dette espagnole, avec une prime de risque qui clôturait vendredi soir à 411 points, son niveau le plus bas depuis mai. Courant juillet, on apprenait que la méfiance envers l'économie espagnole avait engendré des retraits de capitaux du pays de l'ordre de 163 milliards d'euros entre janvier et mai 2012.

POLITIQUE - Hollande puis Merkel font le voyage à Madrid
François Hollande et Mariano Rajoy se sont entretenus jeudi 30 août au palais de la Moncloa à Madrid, le siège du gouvernement espagnol. Après le rappel de "l’irréversibilité" de l’euro, cette rencontre bilatérale avait pour objet la préparation du Conseil européen des 18 et 19 octobre. Le chef de l’Etat français a demandé au gouvernement espagnol de répondre dans les plus brefs délais à la question de savoir si l’Espagne allait demander l’aide du fonds européen : "Je veux qu’au Conseil européen du 19 octobre (…), des décisions soient prises sans qu’il soit besoin de les reporter". Le même jour, François Hollande est allé à la rencontre de la communauté française d'Espagne, à la Résidence de France de Madrid.
Le 6 septembre, c'est Angela Merkel qui a fait le crochet par la Moncloa, à la rencontre de son homologue espagnol. Tandis qu'en privé les deux chefs d'Etat ont discuté des conditions de l'aide européenne, la chancelière allemande a rendu hommage en conférence de presse aux efforts effectués par l'Espagne sur le chemin de la rigueur budgétaire.

CHOMAGE - Baisse du chômage de mai à juillet, hausse en août

4.625.634 : c'est le nombre officiel de personnes sans emploi début septembre, soit 38.179 (0,83%) personnes de plus que le mois précédent. En août, le chômage a de nouveau augmenté, après trois mois de légère baisse. Une tendance qui se  vérifie chaque année, à la fin de l'été, avec la fin des contrats saisonniers, liés au secteur touristique notamment. A cet égard, 2012 s'avère moins mauvais que 2011. Début septembre la Commission Européenne a rectifié ses prévisions concernant l'emploi en Espagne, estimant que le taux de chômage resterait supérieur à 13% jusqu'à 2025 au moins. Courage, la même Commission prévoit un taux de chômage de 7%... en 2060.

tva madrid lepetitjournal.comTVA - Augmentation de la taxe le 1er septembre
C'était prévu et c'est donc chose faite. Le taux général de la TVA est passé de 18% à 21%, tandis que le taux réduit est passé de 8% à 10%. Alors que pour les produits de première nécessité le taux super-réduit de 4% n'a pas bougé, certains articles en ont été exclus, comme -c'est d'actualité- le matériel scolaire. Le coût de la vie va donc augmenter en Espagne cet automne, même si les commerces ne répercuteront pas tous de suite la variation de l'impôt sur leur prix de vente. L'eau, l'éléctricité, le téléphone, ou les transports en commun pèsent déjà plus lourd dans le budget des familles. En 2010, la TVA était déjà passée de 16% à 18%.
Relire notre article de juin : cliquez ici


JO - Peu de médailles pour l'Espagne
Bilan des JO de Londres pour l'Espagne : 17 médailles (3 en or, 10 en argent, 4 en bronze), dont 11 féminines et 6 masculines. L'Espagne se classe 21e de la compétition. On retiendra les médailles d'argent pour le basket masculin, de bronze pour l'équipe féminine de natation synchronisée, d'argent pour le waterpolo féminin, les décorations en natation et en voile. Avec la médaille d'argent au 1.000 mètres canoé monoplace, David Cal obtient sa 5e médaille olympique et devient le sportif espagnol le plus médaillé au niveau olympique. Le foot est le tennis espagnol n'engrangent aucune décoration.

FOOTBALL - Le Real ramène la Supercopa au Bernabeu
Les saisons passent et le football national ne change pas, ou presque. Cette année c'est le Real de Madrid qui a pris le dessus sur le FC de Barcelone, à l'issu des deux rencontres de la finale de la Supercoupe. Un clásico (encore un) qui aura vu la victoire des Catalans au Camp Nou, à l'allé (3-2), puis celle des Merengues dans la capitale, au retour (2-1). Entre 2009 et 2011, c'est le FC Barcelone qui s'est adjugé le trophée, face aux même Merengues l'an dernier notamment. La saison 2012-2013 s'annonce encore riche en coups bas entre Cristiano Ronaldo et Leo Messi. En conférence de presse, les entraîneurs José Mourinho et Tito Vilanova ne devraient pas s'épargner les coups de crampon non plus.

VG et Arnaud ROY (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 10 septembre 2012
Photos lepetitjournal.com et AFP

Barcelone
Actualité Espagne
A la une

Une "French touch" pour faire du vin en Virginie

"Je devais rester un an et je ne suis jamais parti." Comme Matthieu Finot, par goût du défi, de la liberté de créer ou du pays lui-même, des vignerons français s'installent en Virginie pour faire le vin dont rêvait Thomas Jefferson, il y a deux siècles.
France/Monde
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Une "French touch" pour faire du vin en Virginie

"Je devais rester un an et je ne suis jamais parti." Comme Matthieu Finot, par goût du défi, de la liberté de créer ou du pays lui-même, des vignerons français s'installent en Virginie pour faire le vin dont rêvait Thomas Jefferson, il y a deux siècles.

COACHING - Peut-on s'expatrier et changer de carrière ?

Quitte à changer de carrière, pourquoi pas aussi changer de pays ? Partir, c’est s’offrir une page blanche pour se réinventer. Le nouveau pays concrétise naturellement le virage que l’on veut prendre. L’ailleurs, c’est aussi là où votre ancienne image ne vous collera plus à la peau. Pensée magique ou pas?
Expat - Politique

EXPATRIATION – Fuite à droite, ouverture à gauche

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire sur "l’exil des forces vives" vient d’être adopté à l’Assemblée à une courte majorité. Toutefois, le débat demeure entre la droite et la gauche pour savoir ce que représente aujourd’hui l’expatriation des Français dans le monde. Entre "un atout dans la mondialisation" pour le PS et la nécessité de "refaire de la France une terre de réussite" pour l’UMP, chacun campe sur ses positions
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.