Barcelone

FRANÇOIS RALLE : "Il faut un député indépendant et constructif par rapport au gouvernement"

Dans la 5ème circonscription des Français de l'Étranger (Espagne, Portugal, Monaco, Andorre), les votes du premier tour des élections législatives ont désigné Samantha Cazebonne (La République En Marche) et François Ralle Andreoli (mouvement citoyen Agissons Ensemble) pour être les candidats en lice pour le second tour de dimanche prochain. Comme au premier tour, nous vous proposons une interview croisée des candidats. Aujourd'hui c'est François Ralle Andreoli qui nous explique sa vision de la mission de député des Français d'Espagne.

François Ralle Andreoli est le candidat de la plateforme citoyenne Agissons Ensemble, soutenue par Europe-Ecologie-Les Verts et la France Insoumise. Âgé de 43 ans, il est conseiller consulaire depuis 2014 à Madrid. Il habite en Espagne depuis plus de 15 ans. 

lepetitjournal.com : Vous avez rencontré vos compatriotes vivant sur le territoire espagnol ; quelles sont leurs attentes et demandes particulières?
François Ralle Andreoli :
"Elles sont diverses mais proches. Ils ont de fortes attentes concernant leurs enfants, la scolarité, l'accès au français quand on est isolé dans une ville moyenne ou en lointaine banlieue de Barcelone ou Madrid. Ils ne supportent plus la politique d'économies de bout de chandelle de notre pays qui ferme ses consulats, réduit les budgets culturels, ne compte plus que sur l'argent des parents pour financer les écoles françaises. Malheureusement, c'est exactement ce qui va se reproduire à nouveau sans députés combatifs et déterminés (nous n'avons même plus de secrétaire d'État aux Français-es de l'étranger). Arnaud Leroy, l'actuel député, avait promis monts et merveilles dans son programme de 2012 et ensuite n'a jamais osé lever la voix contre les mesures de son gouvernement nous concernant. Voilà pourquoi il faut un député indépendant et constructif par rapport au gouvernement. Voilà l'attente principale de nos concitoyens, un élu de terrain qui soit à leur service".

Comment se positionne-t-on en tant que député de l’étranger et en même temps député d’une Assemblée Nationale ? Quel est le discours à tenir à la fois aux Français qui veulent venir en Espagne, à ceux qui sont déjà installés ?
"Alors, quand on est un député des Français hors de France on a une double mission prioritaire. D'abord on doit porter notre enthousiasme, notre analyse du monde depuis nos pays de résidence à l'Assemblée nationale : la nécessité de construire une Europe plus solidaire qui ne peut laisser les pays du Sud de l'Europe dans la détresse, celle de l'antiracisme et de la coopération internationale, celle de l'urgence écologique, celle de la remise en cause des politiques neoliberales dont on a vu les méfaits ici dans notre circonscription. C'est une mission nationale au service de notre pays. Mais, il y a aussi la mission prioritaire de faire parler de nous, d'expliquer à une France qui nous connait mal que nous sommes ses premiers ambassadeurs dans le monde et essentiels pour son avenir. Par ailleurs, nous vivons dans des espaces singuliers où nos concitoyens exigent de la proximité et de l'attention. Il faut donc être un député de terrain à leur écoute. On peut parfaitement, on doit même articuler ces dimensions"

Résiderez-vous toujours à Madrid ? Viendrez-vous voir régulièrement les Français du reste de la circonscription  ?
"Ceux qui connaissent mon travail d'élu consulaire local savent que je serai là. Je suis allé dans toutes les régions de ma circonscription consulaire des Canaries, jusqu'à la rencontre des Alliances et des associations FLAM dans des coins où l'on a jamais vu un représentant français depuis des années, comme à Vitoria ou Pampelune. Je réside en Espagne depuis 16 ans, dans la capitale depuis laquelle on rayonne facilement, cela ne changera pas. Un député de Corse réside en Corse, ce n'est pas plus près de Paris que depuis ici".

Vous êtes issu de la société civile. C’est la première fois que vous briguez le mandat de député. Pourquoi vous êtes-vous engagé cette année ?
"Je me suis engagé car beaucoup de personnes de mon entourage me l'ont demandé, beaucoup de personnes y compris de tendances politiques beaucoup plus conservatrices que les miennes. Ils attendaient une candidature de terrain et d'espoir, capable de rassembler largement et de mettre les Français(es) résidant hors de France au coeur du débat, en montrant que leurs attentes sociales ou écologistes sont au diapason avec le futur de notre pays. J'ai pris cette décision de m'engager, il y a quelques années, quand j'ai vu que la crise économique en Espagne et ses effets sur nos compatriotes à l'étranger devaient nous emmener à réfléchir". 

Retrouvez ici l'interview croisée de l'autre candidate en lice pour le second tour de législatives, Samantha Cazebonne.

Rendez - vous : Ce soir, François Ralle Andreoli et toute l’équipe d’Agissons Ensemble vous invitent à l'Institut français de Madrid à la projection du beau film La Sociale de Gilles Perret (VF), sur la création de la Sécurité Sociale, puis à échanger autour d'un verre de l'amitié au bar la Piscine. À 19h45 (Entrée gratuite) 

Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 13 juin 2017

 
Actualité Espagne
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine