Barcelone

PROCESSIONS - Est-ce légal de défiler le visage couvert ?

Durant la Semaine Sainte en Espagne, les étrangers sont biens surpris d'observer ces défilés religieux à l'organisation millimétrée, où des "pénitents" défilent le visage caché par une intrigante coiffe ne laissant apparaitre que leurs yeux. 

(photo CC FernandoLe "capirote" (également appelé "capuchón") est le chapeau de forme longue et conique utilisé par les pénitents qui défilent en portant les figures religieuses lors de la Semaine Sainte. Un tissu l'accompagne pour recouvrir l'ensemble du visage des participants à l'exception de deux trous pour les yeux. On peut également trouver des pénitents portant un tercerol, qui lui aussi couvre l'ensemble du visage mais n'a pas de partie montante de forme conique, le tissu retombant directement sur le dos du participant. Ces masques, qui ne sont pas sans rappeler ceux du Ku Klux Klan, servent en réalité à cacher l’identité des personnes qui les portent, car dans la religion catholique la pénitence est un processus intime entre une personne et dieu. Mais pourquoi ces coiffes sont-elles autorisées, alors que le fait d'avoir la tête ou le visage caché par un tissu intégral en public est difficilement toléré ?

Interdit en France, mais exception pour le défilé catholique
En France aussi, il est possible d'observer une défilé religieux au cours duquel d'étranges personnages au visage couvert et au chapeau en pointe portent des croix chrétiennes et des statues représentant des figures religieuses. Il s'agit de la procession religieuse de Sanch, qui se tient à Perpignan dans les Pyrénées Orientales, dans une région frontalière fortement empreinte de cultures espagnole et catalane. Cette procession se tient le Vendredi Saint dans le centre historique de la ville de Perpignan : comme en Espagne, des "pénitents" défilent avec des coiffes coniques de couleur rouge et noire. Mais ce défilé lance un débat en France : dans un pays où il est interdit par la loi de se masquer le visage en public, ce défilé religieux est-il illégal ? Depuis 2011, une loi votée sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy, dans un contexte social fortement affecté par la question du voile islamique intégral, interdit de se masquer le visage en public. Depuis l'établissement de la loi n°2010-1192, dissimuler son visage avec un niqab, une cagoule ou un masque est désormais passible de 150 euros d'amende en France.
Mais la procession religieuse de Sanch échappe à cette règlementation : en effet, même si elle s'applique dans un pays laïc, la législation tolère des exceptions, dont le culte chrétien semble faire partie : "des exceptions s’inscrivent dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles. Les processions religieuses, dès lors qu’elles présentent un caractère traditionnel, entrent dans le champ des exceptions à l’interdiction posée dans l’article 1er".

Interdiction pour manifester en Espagne, autorisation pour les processions religieuses
Qu'en est-il en Espagne, pays rempli de processions religieuses traditionnelles au fort attrait culturel ? Officiellement, la Ley de Seguridad Ciudadana, modifiée en 2015, interdit à toute personne de se cacher le visage lors d'une manifestation publique, pour des raisons de sécurité. Les personnes qui ne respecteraient pas cette loi pourraient être sanctionnées d'une amende s'élevant jusqu'à 30.000 euros. Cette législation a été établie dans le cadre de la fameuse "ley mordaza" (la "loi baillon") : alors que de nombreuses manifestations sont organisées en Espagne pour différentes protestations sociales liées aux conditions de vie dans le pays ces dernières années, cette loi avait pour objectif d'empêcher les manifestants de se couvrir le visage lors de protestations sur la voie publique, en prévision d'éventuels débordements. La modification de la loi de 2015 précise qu'en cas de débordements et d'infractions commises sur la voie publique, "les agents doivent pouvoir réaliser les vérifications nécessaires à l'identification des personnes, dont le visage ne doit pas être caché partiellement ou totalement par un vêtement ou un objet". En revanche, l'Espagne ne partage pas les restrictions françaises liées à la religion ou à la culture : "l'identification respectera strictement les principes d'égalité de traitement et de non discrimination pour des motifs d'origine religieuse, raciale ou ethnique".
Les défilés religieux de la Semaine Sainte espagnole ne sont donc pas affectés par la loi espagnole quant au devoir d'identification des visages, puisque cette mesure ne s'applique que pour pouvoir identifier des protestataires lors d'une manifestation revendicatrice. Les processions religieuses en revanche, revêtent une importance culturelle indiscutable en Espagne : les membres des confréries enregistrées ne sont donc pas soumis à une obligation de découvrir leur visage puisqu'il s'agit là du coeur des processions : la pénitence au visage caché. 

Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com - Espagne) Vendredi 14 avril 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 

FOOTBALL – Neymar entre Barcelone et Paris : analyse

Vous entendez tous les jours des bruits différents quant à l’avenir de Neymar et vous vous perdez dans cette affaire ? Lepetitjournal.com vous propose de faire le point sur ce dossier pour le moins compliqué qui pourrait envoyer la star brésilienne jouer dans le championnat de France de football (ou pas)
Actualité Espagne

BALÉARES - Plus de mise à mort dans les corridas

Le gouvernement régional des îles Baléares vient d'approuver un texte de loi qui modifie les caractéristiques essentielles des corridas : la mort du taureau est abolie, tout comme sa torture. Si cette annonce a sonné comme une victoire pour les défenseurs des animaux, les amateurs de tauromachie crient au scandale et dénoncent l'offense faite à la tradition espagnole
Une internationale

CIAO ITALIA ! - Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France

Tradition, culture mais aussi xénophobie et violence ont marqué l’immigration italienne en France, la plus importante de l’histoire française. Alors que jusqu’au 10 septembre, l’exposition « Ciao Italia ! » retrace ce siècle d’histoire franco-italienne au musée de l’Immigration à Paris, retour sur une période qui a permis d’imprégner la culture française.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine