Barcelone

IDENTITÉ - Catalans du Nord et Catalans du Sud

De la même manière que le Pays basque, la Catalogne fait figure de particularité en Espagne, que ce soit du point de vue culturel comme du côté identitaire. Mais qu'en est-il de la "Catalogne du Nord", située en France? Les populations de ces deux régions transfrontalières sont-elles plus semblables qu'avec leurs propres compatriotes? Analyse de leurs points communs et différences.

(photo CC Martorell) Désignant la partie des pays catalans située en France par opposition à la communauté autonome d'Espagne, la Catalogne Nord comprend la partie du département des Pyrénées-Orientales de langue et de culture catalanes. Ce territoire, historiquement, culturellement et linguistiquement catalan, est passé aux mains des Français lors du Traité des Pyrénées de 1659, lorsque Felipe IV de Castille l'a cédé au roi français Louis XIV. Il compte cinq cantons : le Roussillon avec Perpignan comme capitale, le Vallespir, le Conflent, la Cerdagne et le Capcir. La "Catalogne Nord" est également l'expression utilisée par le gouvernement catalan pour parler des zones des Pyrénées-Orientales où l'on parle le catalan. 

Des influences réciproques
En plus de leur proximité géographique, Catalogne Nord et Catalogne Sud partagent certains aspects culturels. En effet, il n'est pas rare de voir se reproduire des comportements ou des activités de part et d'autre des Pyrénées, symbole d'une proximité et d'une certaine similarité entre les deux zones. De ce fait, on retrouve, notamment au niveau culinaire, des spécialités catalanes dans les Pyrénées-Orientales que ce soit des plats traditionnels comme la cargolada (escargots grillés dans leur coquille) qui fait l'objet d'une fête dans la partie française en juillet, l'ollada (viandes et légumes cuits à la manière d'une potée dans une grande marmite à base de porcs, de boudins, d'haricots blancs, de choux et de pommes de terre) ou encore les célèbres botifarres (boudins noirs ou blancs mangés crus ou cuits). Du côté des desserts, la Catalogne Nord reprend aussi la crema catalana, le braç de gitano (un gâteau cylindrique recouvert de sucre glace et fourré à la crème), le mel i mató (célèbre fromage catalan dégusté avec du miel) ou encore les rosquilles (petits biscuits ronds et tendres recouverts de sucre glace et parfumés au citron, à l'anis et à la vanille). Ce sont également les activités sportives qui sont partagées par les deux Catalogne à l'image du rugby. Sport traditionnel dans la partie française, le rugby s'est peu à peu imposé en Catalogne Sud avec la création de la Fédération Catalane de Rugby en 1922 et la mise en place progressive d'un championnat. L'équipe de Catalogne a notamment joué des matchs contre des équipes nationales à l'image de l'équipe de France ou d'Italie. Aujourd'hui, elle continue de jouer des matchs amicaux mais en tant que sélection régionale. On retrouve donc des influences réciproques entre les deux zones, preuve d'une certaine similarité et d'échanges entre les deux Catalogne.

Se revendiquer Catalans
De la même manière que les Catalans d'Espagne, certaines personnes de la Catalogne Nord se considèrent plus catalans que Français. Toutefois, si dans la péninsule les revendications concernent plus le côté politique et des considérations identitaires, il semble que dans la partie française, ce soit plutôt des problématiques culturelles qui sont mises en avant. En effet, les habitants de la Catalogne Nord ne cherchent pas l'indépendance politique mais concentrent leurs revendications sur des aspects culturels. Il faut cependant mentionner les manifestations réalisées en juillet dernier à Perpignan au sujet du nom de la future région devant regrouper Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. Ces protestations ont montré leur refus de s'intégrer à la macro-région sous le nom de "Occitanie" dans la mesure où cette appellation effaçait, à leur sens, leurs traditions, la langue et leur histoire commune avec les Catalans d'Espagne. Ils ont même déposé un recours administratif au Conseil d'État afin de demander l'inclusion de "Pays Catalan" au nom de la future région. De ce fait, en considérant que le nom donne le caractère identitaire, on s'aperçoit que les Catalans du Nord revendiquent aussi cette identité catalane mais par des moyens différents de ceux utilisés par les Catalans du Sud.

Qu'en est-il de la langue catalane?
La situation du catalan en tant que langue n'est pas homogène. Dans la communauté autonome de Catalogne, la quasi totalité des habitants comprennent la langue et plus de 75% d'entres-eux la parlent. À l'inverse, en Catalogne du Nord, la situation du catalan est beaucoup plus précaire dans la mesure où le français reste la langue officielle. Ainsi, si en Catalogne du Sud, il est enseigné dans toutes les écoles, seuls 13,9% des élèves du primaire et du secondaire ont reçu en 2009 un enseignement en catalan en Catalogne du Nord. Il est ainsi surtout parlé dans le milieu rural, avec une transmission familiale qui est de moins en moins assurée. Toutefois, une enquête réalisée en mars 2016 sur 1.760 personnes de plus de 15 ans par le département culturel en collaboration avec le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales et l'Institut franco-catalan transfrontalier, a montré une certaine reprise du catalan. Selon les données fournies par cette enquête, 35,4% de la population le parlerait, dont 5,7% de manière habituelle, chiffre supérieur aux 4,5% de 2004. De plus, 61% d'entres-eux le comprendraient et 39,2% seraient capables de le lire. Un des points négatifs reste l'écriture de cette langue que seuls 14,3% seraient capables de réaliser. De même, cette enquête montre que 76,1% de la population serait favorable à la mise en place du bilinguisme scolaire. Plus que le catalan, c'est surtout un dialecte qui est utilisé en Catalogne du Nord, le rosellonés. On remarque ainsi un fossé entre son usage privé et public puisqu'il est utilisé à 16,1% dans les foyers, à 8,1% dans les commerces et seulement à 0,6% dans les administrations publiques. On constate donc une réelle différence avec la Catalogne du Sud.

Clémentine COUZI (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 19 avril 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

 
Actualité Espagne
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine