Bangkok

PRATIQUE – Vivre la foi catholique dans la cité des Anges

Les chrétiens ne représentent que 0,7% de la population thaïlandaise alors que le royaume compte 95% de bouddhistes. C’est cependant une communauté en expansion qui se caractérise par son dynamisme et sa solidarité. A l’occasion des messes de fin d’année, LePetitJournal.com Bangkok a fait un tour d’horizon des églises francophones et anglophones de la capitale de la Thaïlande

Le père Fañch célèbre la messe dans l’église de la Paroisse Catholique de Bangkok (photo courtoisie Missions étrangères de Paris)

Une présence qui date du XVIe siècle

On estime à 1550 l’arrivée en Thaïlande des premières missions portugaises et françaises qui tentèrent de s’implanter au sein de l'ancienne capitale du royaume de Siam, Ayutthaya. Au fil des siècles, la relation de la Cour royale avec le catholicisme s’est avérée tumultueuse : les missionnaires étaient expulsés du pays, persécutés ou au contraire chaleureusement accueillis. Cependant, l’église catholique romaine parvint à s’implanter dans le quartier oriental de Bangkok où la Cathédrale de l’Assomption fut bâtie en 1809. Le prosélytisme chrétien en Thaïlande n’a pas vraiment rencontré le succès escompté par les pères fondateurs car le royaume n’est pas devenu un bastion du christianisme en Asie du Sud-Est. Néanmoins, la communauté chrétienne a contribué à des progrès considérables en matière d’éducation (enseignement des langues étrangères et fondation d’écoles) et de santé (citons entre autres l’Hôpital Saint Louis, le Bangkok Christian Hospital ou le Bangkok Mission Hospital).
Aujourd’hui, la communauté catholique de Bangkok s’est enrichie et les prêtres la considèrent même comme en expansion. Depuis les années 1980, la hausse de l’immigration et des expatriations sur une longue durée ont entraîné un regain du nombre de fidèles. La cité des Anges compte actuellement une quinzaine d’églises auxquelles sont rattachées de nombreuses associations spirituelles et caritatives.

_______________________________

LIRE AUSSI

RELIGION - Les Thaïlandais : Bouddhistes ou animistes ?
9 mars 2006
Entre "phis ", gris-gris et autres cultes des génies, il nous est souvent difficile de déterminer en Thaïlande où commence le bouddhisme et où il s’arrête. Mais pour une majorité de Thaïlandais, ce n’est pas un problème : tout cela relève d’une seule et même religion... Lire la suite

Paroisse Catholique Francophone de Bangkok
La paroisse accueille au sein de son église, construite en 1996, près de 700 fidèles francophones au cours de l’année scolaire. Elle est rattachée depuis quelques années aux Missions Etrangères de Paris (MEP). Le père François Gouriou y célèbre la messe tous les jours à 7h30 et le dimanche à 7h30 et 10h30.
Plus communément surnommé Père Fañch ce prêtre fait figure d’institution pour la communauté paroissiale. Arrivé à Bangkok il y a 41 ans, le Père Fañch passe quinze mois en Thaïlande avant de partir en mission au Laos. Lorsque les missionnaires sont chassés du pays en 1976, il est envoyé dans le nord du Brésil puis travaille 8 ans pour les MEP à Saint Germain des Près. En mai 2008, il reprend la route de Bangkok où il devient curé de la paroisse. Cet infatigable voyageur, diplômé en théologie et philosophie, affirme aimer par dessus tout "la rencontre du semblable dans l’altérité". Il décrit la communauté comme "jeune - d’une moyenne d’âge d’environ 35 ans -, familiale et dynamique".
Les fidèles se retrouvent autour d’un repas après la messe dominicale et organisent la catéchèse (éveil à la foi, catéchisme et aumônerie) ainsi que divers groupes de partage et de prière. Des volontaires des MEP ainsi que les bénévoles de l’association Point Coeur - 5 jeunes filles vivant parmi les habitants du bidonville de Klong Toei - participent à l’animation des messes.
Adresse : 254 Silom Road/BTS Chong Nonsi  
Contact : 02 234 17 14
Plus d’informations sur le site Internet de la paroisse

Eglise Catholique de la Rédemption (Holy Redeemer Church)
L’église de la Rédemption constitue la principale communauté anglophone de Bangkok : trois messes sont données quotidiennement en anglais (7h, 8h, et 17h30) et en thaïlandais (6h30), et sept le dimanche (messes en anglais à 8h30, 9h45, 11h et 17h30). Une dizaine de prêtres sont présents dans la paroisse, des confessions sont organisées après chaque messe. Le dimanche, des centaines de fidèles se serrent sur les bancs de l’église dont l’architecture originale rappelle un temple bouddhiste. L’affluence est telle que les retardataires sont forcés d’assister à la liturgie de l’extérieur, écoutant les "alléluia" frénétiques et les chants enthousiastes depuis des hauts parleurs. Les offices sont généralement joyeux et colorés et il n’est pas rare que des prières collectives soient spontanément organisées à l’issue des messes.
La communauté est très diverse et se renouvelle sans cesse au gré des arrivées et des départs à Bangkok. Les Thaïlandais du quartier en constituent le noyau dur tandis que se mêlent des travailleurs expatriés américains, indiens ou pakistanais (mais aussi quelques Français !), des familles venues des quatre coins de l’Afrique et des touristes de passage. L’ambiance y est chaleureuse, de nombreuses associations d’entraide et de partage se sont créées et vous vous y sentirez immédiatement accueilli, si vous n’êtes pas d’emblée invité à goûter chez les voisines du quartier. Enfin, même si la liturgie catholique est universelle vous pourrez découvrir quelques singularités propres à la Thaïlande : comme le waï, salut thaïlandais, en guise d’adoration à l’autel !
Adresse : 123/19 Ruam Rudi Lane 5/ Métro : Lumpinee
Contact : 02 256 72 62
Plus d’informations sur le site Internet de la paroisse

Autres églises catholiques importantes de Bangkok :
Cathédrale de l’Assomption :  23 Oriental Lane, messe le dimanche à 10h00
Eglise Catholique Germanophone : 215 Sathorn Tai Road, messe le dimanche à 10h30
Saint John : Hayaek Ladprao, Vibhavadi Rangsit Road, messe le dimanche (en anglais) à 10h00

Agathe Charnet (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 8 décembre 2011

 

A la une

GUILLAUME CANET / CEDRIC ANGER - "C’est un serial killer assez inédit dans le genre"

La prochaine fois, je viserai le cœur s’inspire de l’affaire Alain Lamare. Les faits ont lieu dans l’Oise entre 1978 et 1979. Un maniaque agresse et tue plusieurs auto-stoppeuses. La police et la gendarmerie peinent à trouver l’homme qui échappe à tous les barrages. Chose qui lui est dans un premier temps facile puisqu’il s’agit en fait d’un jeune gendarme modèle qui enquête sur ses propres crimes. Notre édition de Londres a rencontré le…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Sydney - Actualité Australie

PRINCE PHILIP - Un chevalier controversé

Si lundi, le jour de la fête nationale australienne, 16,000 citoyens de 15 pays différents sont devenus australiens traduisant une fois…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie