Bangkok

POLITIQUE - La junte thaïlandaise nie son implication dans ‘l’enlèvement’ d’un dissident au Laos

La junte thaïlandaise a nié mardi sa participation dans la disparition supposée au Laos d’un détracteur de la monarchie après que des témoignages ont émergé soutenant qu’il aurait été enlevé par un groupe d’hommes armés.

Wuthipong Kachathamakul, plus connu sous le surnom de Ko Tee, est un agitateur et parmi les figures de proue du mouvement anti-junte et pro-Shinawatra des Chemises rouges, ainsi qu’un franc détracteur de la monarchie thaïlandaise.

Il a fui après que les généraux ultra-royalistes se sont emparé du pouvoir en 2014, chassant le gouvernement de Yingluck Shinawatra soutenu par les Chemises rouges. Il s’était depuis installé au Laos d’où il continuait à attaquer la junte via une série de podcasts et vidéos sur lesquelles il apparaissait souvent vêtu d’une tenue de camouflage.

Durant le week-end dernier, des supporters de Ko Tee ont rapporté que ce dernier avait été enlevé à son domicile de Vientiane le 29 juillet au matin par un groupe d’hommes armés parlant thaïlandais.

Les allégations citaient son épouse et un ami disant s’être fait ligoter, bander les yeux, battre et attaquer avec des pistolets paralysants. Ko Tee aurait été emmené alors qu’eux étaient laissés là.

Ces affirmations ont été vérifiées par l’ONG Human Right Watch qui estime que les témoignages recueillis "soulèvent de graves préoccupations sur sa (Ko Tee) sécurité", tout en interpellant les autorités laotiennes pour qu’elles enquêtent.

Alors que la couverture médiatique sur l’enlèvement s’intensifiait, les autorités militaires de la Thaïlande ont nié mardi toute implication et ont accusé l’entourage de Ko Tee de répandre des rumeurs.

"Nous devons enquêter davantage parce qu’il y a plusieurs raisons pour lesquelles il (Ko Tee) pourrait disparaître afin de faire l’actualité" a déclaré aux journalistes le secrétaire-général du Conseil National de Sécurité de la Thaïlande, le Général Thawip Netniyom.

Il a ajouté que les autorités thaïlandaises avaient ‘’surveillé" Ko Tee et son réseau au Laos et avaient pressé le gouvernement communiste pour obtenir son extradition. "Mais nous n’avons mis en place aucune autre mesure que celle-ci" a-t-il dit.

Ce n’est pas la première fois qu’un critique de la junte disparait au Laos.

En juin 2016 Ittipon Sukpaen, un dissident moins connu, a disparu dans la banlieue de Vientiane et n’a pas été revu depuis. Sa famille a depuis indiqué qu’elle le pensait mort.

La capitale laotienne est située a quelques dizaines de mètres de la Thaïlande, sur la rive opposée du Mékong.

Le pays communiste a une relation compliquée avec son voisin, alimentée par des décennies d’animosité pendant la guerre froide lorsque les deux pays étaient dans des camps opposés de la division idéologique.

Bien qu’il y ait des actions de coopération en matière d’application des lois, Vientiane a pour l’instant ignoré des demandes fréquentes de Bangkok de renvoi des dissidents et critiques de la monarchie.

Avec AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) samedi 5 août 2017

Bangkok

INFO-SANTE - Tordre le cou à l’AVC!

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC), figure parmi les cinq premières causes de décès au monde. Si…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine