Bangkok

TRADITION - En Thaïlande, la sculpture sur fruits, un art de la minutie

Une chouette surgissant du ventre d'un melon, des roses de celui d'une papaye... Ce n'est pas une vision psychédélique, mais le fruit d'une tradition ancienne, la sculpture sur fruits, qui perdure en Thaïlande.

Animaux, créatures mythologiques, fleurs... Les thèmes d'inspiration sont multiples à ce salon de sculpture d'un genre un peu spécial organisé vendredi à Bangkok.

"Sculpter est bon pour l'esprit, parce que cela développe notre concentration et développe notre imagination. C'est un moyen de se relaxer", explique à l'AFP parmi les participants Piyanat Thiwato, un étudiant de 22 ans.

"Apprendre à sculpter prend des années", explique celui qui se dit "fier en tant que Thaïlandais" de perpétuer cette tradition, qui se réalise à l'aide d'un fin couteau en métal.

Cette forme de sculpture, particulièrement populaire en Asie et notamment en Thaïlande, a été développée dans le royaume sous la dynastie royale de Sukhotaï, au XIVème siècle.

"L'art de la sculpture sur fruits a débuté il y a des centaines d'années... C'est un vrai trésor que nous avons là. Dans le passé, elles étaient réalisées dans les palais, pour la famille royale", explique Araya Arunanondchai, 70 ans, organisatrice de l'évènement, mené en l'honneur de l'anniversaire de la reine de Thaïlande, qui aura lieu le 12 août.

Aujourd'hui, cela reste une offrande de choix dans les temples bouddhistes ou lors de cérémonies importantes comme les mariages.

C'est aussi une attraction touristiques, des cours de sculpture sur fruits étant proposés, ainsi que des vidéos de démonstration sur internet.

Mais dans les faits, les jeunes Thaïlandais sont peu nombreux à perpétuer cette tradition. "Il y a peu de jeunes que cela intéresse, et ceux qui l'étudient ne peuvent pas en vivre", déplore Manirat Svastiwat na Ayutthaya, experte en sculpture sur fruits.

Etant considéré comme une discipline artistique à part entière en Thaïlande, elle s'y enseigne en effet dans les facultés d'art, au même titre que la peinture ou la sculpture sur pierre.

AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) Mardi 8 août 2017

Bangkok

INFO-SANTE - Tordre le cou à l’AVC!

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC), figure parmi les cinq premières causes de décès au monde. Si…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine