Bangkok

LIBERTES – La junte thaïlandaise prépare une loi informatique façon Big Brother

 

La junte au pouvoir en Thaïlande a annoncé un projet de loi informatique lui permettant d'accéder à tout ordinateur en cas d'"urgence", une initiative dénoncée mercredi comme un bâillon supplémentaire des voix critiques.

Le projet a été proposé cette semaine par un comité gouvernemental, en pleine cyberattaque mondiale "WannaCry": "une coïncidence", a assuré mercredi à l'AFP le général Pisit Pao-in, un des membres du comité.

Il s'agit de créer un "Comité de cybersécurité nationale" qui serait dirigé par le chef de la junte, le général Prayuth Chan-O-Cha. Celui-ci serait autorisé à accéder aux ordinateurs de n'importe quelle compagnie ou particulier sur simple autorisation judiciaire.

Et en cas d'"urgence nationale", les autorités pourraient même se passer d'une autorisation judiciaire et ne la demander que rétroactivement.

"Par urgence, nous voulons dire une menace imminente contre une large section de la société ou qui met en danger le pays", a tenté de rassurer le général Pisit Pao-in.

Mais dans un pays dirigé par les militaires depuis près de trois ans, après un coup d'Etat contre un gouvernement démocratiquement élu, l'annonce fait grincer des dents.

D'autant que la Thaïlande a une longue histoire d'utilisation de sa législation de régulation du web pour faire taire les critiques.

"Le vrai but, c'est de contrôler les communications sur internet et les réseaux sociaux et de supprimer les critiques contre le gouvernement", a critiqué le groupe Thai Netizen Network, qui surveille de près les tentatives de contrôler l'internet.

La loi thaïlandaise la plus controversée dans ce domaine est le Computer Crime Act de 2007, renforcé en décembre dernier: elle interdit désormais de télécharger des contenus "immoraux" et renforce les pouvoirs de surveillance des autorités.

Cette annonce intervient la même semaine où la Thaïlande a obtenu le retrait par Facebook de plus de 200 pages jugées lèse-majesté sur un total de 300 identifiées par les autorités.

Celles-ci avaient menacé de bloquer le réseau dans le pays au motif de cette autre loi très controversée, souvent utilisée contre les internautes critiques de la monarchie. Parmi les internautes récemment arrêtés, un avocat spécialiste des droits de l'Homme risque jusqu'à 150 années d'emprisonnement.

Pour l'heure, en Thaïlande, Twitter, Facebook et Youtube sont accessibles, contrairement à la Chine. La "cyberpolice" se contente d'empêcher au cas par cas l'accès à des sites au contenu jugé sensible. Le site du journal anglais Daily Mail est ainsi bloqué en Thaïlande depuis la publication d'une vidéo concernant la famille royale.

En 2015, un projet de "Grande muraille" de l'internet en Thaïlande, sur le modèle chinois, avait suscité la controverse et avait été abandonné par les militaires.
AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) mercredi 17 mai 2017


Bangkok

INFO-SANTE - Tordre le cou à l’AVC!

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC), figure parmi les cinq premières causes de décès au monde. Si l’intervention médicale peut éviter la mort, il est possible que les personnes qui en sont victimes aient à vivre le reste de leur existence avec des séquelles handicapantes. Selon le Dr Kaseansom, du Samitivej Hospital, l’AVC peut être évité dans 80% des cas, c’est pourquoi il préconise la prévention
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine