Bangkok

NORD THAILANDE - La boucle de Mae Hong Son, une parenthèse hors du temps

Sur la route Nord-Ouest de Chiang Mai, non loin de la frontière Birmane, se trouve la province de Mae Hong Son, une excursion pour se plonger dans le cœur de la Thaïlande du Nord – sillonner les montagnes au panorama incroyable, les villages chinois typiques et la multitude de temples bouddhistes jalonnant la route.

Mae Hong Son est une région qui se "mérite" : de longues heures de route montagneuse attendent les voyageurs en partant de ChiangMai.

Après 4 heures de route le voyageur arrive dans la grande rue longeant Mae Hong Son. Une torpeur reposante y règne offrant l’opportunité rare de se sentir le seul étranger dans la ville, juste le bruit de quelques motocyclettes viennent réveiller le voyageur de sa rêverie.

Trois temples entourent Mae Hong Son d’un halo de paix : le temple Wat Jong Kham et Wat Jong Klang. Ces deux temples côtes à côtes ne semblent n’en former qu’un, d’inspiration birmane, ils sont situés au bord du lac Jong Khamoù le chedi (structure architecturale bouddhiste en général d’aspect conique) et les formes incertaines et couleurs chatoyantes se reflètent dans l’eau. Et, en haut d’une colline, surplombant la ville, se trouve le temple WatPhra That Doi Mu, qui offre une vue imprenable sur la jungle thaïlandaise durant la journée, mais qui peut se visiter le matin dans une atmosphère d’une spiritualité indéfinissable entre brouillard et écho du gong ou encore la nuit où le temple est joliment illuminé.

Mae Hong Son laisse le voyageur se fondre dans son calme mais l’amène également dans une joyeuse effervescence lors de la cérémonie bouddhiste de Poï Sang Long, une coutume ancestrale de l’ethnie ThaIYai (ou ethnie Shan) qui voit défiler pendant trois jours toute la ville entre musique et danse. Le cœur de la fête sont les jeunes garçons de 7 à 14 ans ornés de bijoux et de fleurs, trônant sur les épaules d’adultes, en chemin pour les temples où ils seront présentés comme moine novice. La cérémonie Poï Sang Long a lieu une fois par an en début avril.

Un goût de Chine à la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie

A 44 kilomètres de Mae Hong se trouve le village de Ban Rak Thaï, également appelé Mae Or. Ce village a servi de refuge aux partisans de Tchang Kai Chek, un général chinois anti communiste. La population chinoise s’est exilée à ban Rak Thaï et s’y est installée durablement. Le village est lové entre les montagnes et les forêts environnantes qui lui donne une atmosphère secrète et éternelle, bloquée dans le temps. L’architecture y est restée authentique emplie de petits bungalows de couleurs ogre, jaune et rouge aux toits de chaume.

Sur ce qu’on peut appeler la " place du village" se trouve un petit marché où l’on peut se délecter de thé mais également de fruits secs qui font étalage de leurs couleurs dans les échoppes. Le village est connu pour son thé, notamment le thé Oolong. Visiter Bang Rak Thaï c’est aussi se délecter d’une bourgade paisible, où l’on peut connaître le plaisir simple de s’asseoir et passer des heures à regarder la ville vivre en s’imaginant le passé et pourquoi pas mêler la rêverie à l’agréable en allant dans l’un des restaurants au bord du lac pour déguster des mets chinois, une cuisine moins épicée que la célèbre cuisine du Nord de la Thaïlande, à l’instar du pain vapeur chinois à tremper dans du jarret du porc, le poulet noir AyamCemani, les beignets de tofu frits et sa sauce aux cacahouètes ou une salade de feuilles de thé.

Une pause intemporelle à Pang Oong

Pour encore un peu plus s’élever à la manière de Baudelaire "au dessus des étangs, au dessus des vallées, des montagnes, des bois, des nuages, des mers" et non loin de Baan Rak Thaï se trouve PaangOon, un village bordé par un lac et entouré par des pins. Ce lieu prisé par les touristes thaïlandais n’en reste pas moins d’un calme imperturbable, une enclave parfaite avant de retourner dans l’agitation citadine de Chiang Mai.

Le projet de Pang Oong a été mis en place par la reine Sirkit, afin de redynamiser le village, anciennement une enclave de plantations illégales de pavot. Aujourd’hui Pang Oong offre un cadre exceptionnel de nature luxuriante et de tranquillité. Les voyageurs curieux de visiter Pang Oong pourront également se délecter du café frais provenant directement des plantations de café de la région.

L’endroit est parfait pour planter sa tente et profiter d’une journée ensoleillée, de la nuit où les étoiles se reflètent délicatement dans l’eau ou d’une matinée brumeuse emplie de mysticisme et d’un silence envoûtant. Ce petit coin de paradis laisse le voyageur heureux, de celui "qui plane sur la vie, et comprend sans effort le langage des fleurs et des choses muettes".

Alexandra COLOMBIER (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) vendredi 28 avril 2017

Bangkok
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine