Bangkok

SONGKRAN – Le nouvel an lunaire se fête mouillé!

Attention, les Thaïlandais célèbrent la nouvelle année lunaire cette semaine ! Entre tradition et divertissement populaire, Songkran est l'occasion de faire le grand ménage, des repas en famille, des rituels traditionnels et des batailles d’eau générales. Ceux qui n’aiment pas être arrosés devront rester cloitrés, sortir avec leur ciré ou quitter le pays quelques jours. Car à Songkran, il est difficile de passer entre les gouttes!

Ce qui n'était au départ qu'une cérémonie pleine de respect est devenu un défoulement débridé et, paraît il, propre à faire fuir les mauvais esprits…

Les dates des réjouissances attachées à Songkran étaient à l‘origine basées sur le calendrier lunaire, mais le Nouvel an Bouddhique a finalement été fixé du 13 au 16 avril, en Thaïlande, afin de faciliter la vie civile.

Dans les campagnes et chez les citadins qui observent les coutumes, la première journée est en principe celle du grand ménage de printemps : on nettoie la maison, puis tout le monde prend un bain "d'eau lustrale" et met des vêtements neufs. Les fidèles vont dans les temples pour écouter des discours sur le Dharma (l’enseignement du Bouddha). Le deuxième jour, on prépare un repas en offrande aux moines et à la défunte parenté. Dans la cour des temples, de petites pagodes de sable sont élevées et décorées de fleurs et de drapeaux : elles peuvent symboliser la maison d’une vie future. Le matin du troisième jour (selon les provinces) on ouvre la cage aux oiseaux, on remet les poissons à la rivière et on asperge d'eau bénite et parfumée les représentations du Bouddha ainsi que la tête et les paumes des membres de la famille. L’idée sous-jacente est de laver les péchés de l’année écoulée, et de se purifier.

Des compétitions de stupa de sable ont lieu dans les temples au moment du nouvel an bouddhique, une activité issue de la tradition qui veut que chacun dépose dans le temple un petit tas de sable symbolisant ce qu’il a emporté sous ses chaussures lors de ses visites (photo Heiko S.)

Plusieurs jours avant Songkran, les organisations de tout le pays installent dans leurs locaux, souvent à l’entrée, une ou plusieurs statues du Bouddha avec de l’eau lustrale pour inviter chacun à "baigner" la statue. Lorsque l’on "baigne" une représentation du Bouddha, l'eau ne doit pas être versée directement sur la tête mais plutôt sur d'autres parties du torse de la statue.

L'hommage aux aînés occupe une place  importante dans la tradition de Songkran. Acte majeur de respect envers les plus âgés, on leur verse de l'eau parfumée sur les mains. Ce rituel se fait à la maison, mais aussi au bureau, envers le patron et les séniors de l’entreprise. Cela s'accompagne de cadeaux, en général des étoffes offertes par les plus jeunes à leurs aînés, et ceux-ci bénissent leurs cadets en échange. Des statues du Bouddha sont convoyées en procession sur des véhicules et aspergées par la foule. En milieu de matinée, toutes les villes et les villages sont le théâtre de batailles rangées à coups de seaux et de fusils à eaux.

L'hommage aux aînés occupe une place  importante dans la tradition de Songkran. Acte majeur de respect envers les plus âgés, on leur verse de l'eau parfumée sur les mains (Photo Pierre QUEFFELEC)

A Bangkok, si le quartier des routards de Khao San Road est généralement l’un des endroits où la fête est la plus folle, le rythme pourrait être plus modéré cette année. Les autorités ont en effet annoncé (notre article) qu'elle n'organiseraient pas de festivités par égard pour le deuil national observé pour le défunt roi Bhumibol Adulyadej, mort en octobre dernier et dont le corps repose temporairement au Grand palais tout proche de Khao San, en attendant les funérailles prévues pour octobre prochain. Les commerces et les restaurants seront néanmoins ouverts durant les jours de Songkran du 13 au 15 avril et les batailles d'eau auront lieu, mais sans les concerts et autres activités habituellement organisées par l'Office du tourisme et la ville. Ailleurs dans la capitale, la fête devrait battre son plein dans les quartiers de Silom et Royal City Avenue (RCA, sur Petchburi Road) ou encore devant le centre commercial Central World.

Bataille d'eau géante sur Silom soi 4 durant Songkran en 2010 alors que les grandes manifestations anti-gouvernementales faisaient une pause pour le nouvel an bouddhique (Photo Pierre QUEFFELEC)

Autre lieu en vogue à cette époque de l’année : Chiang Mai. Si vous résidez en centre ville, il vous sera impossible d’éviter les jets d’eau durant quatre jours. Chiang Mai est généralement la destination n°1 devant Phuket pour les touristes souhaitant vivre pleinement la tradition arrosée de la nouvelle année bouddhique.

Songkran est un moment très festif, et de nombreux touristes veulent se mêler à la joyeuse mêlée… Les compagnies aériennes conseillent d'ailleurs de se rendre à l’aéroport de Suvarnabhumi au moins 3h avant l’heure de départ.

"Bien que la célébration soit une tradition thaïlandaise, Songkran est devenu populaire pour les gens du monde entier qui viennent en Thaïlande pour l'occasion", estime Thawatchai Arunyik, gouverneur de la TAT. "C'est un festival parfois bruyant, souvent émouvant. Un moment privilégié où les gens parcourent de longues distances pour passer du temps en famille, célébrer des rituels et cérémonies dans les temples et renouer le contact avec leurs proches".

A Ayutthaya, l’éléphant, avec ses prédispositions naturelles, est toujours associé aux célébrations du nouvel an bouddhique (photo courtoisie TAT)

Un air de folie règne lors de ces batailles d’eau géantes et les excès ne sont jamais loin. Les autorités mettent d'ailleurs tout en œuvre pour éviter que la fête ne tourne au drame ou au scandale.

Cela n'empêche malheureusement pas que sur des routes surchargées, les accidents de la circulation fassent chaque année de nombreuses victimes. Rien que lors de Songkran 2016, 442 personnes avaient péri.

Retrouvez ville par ville les endroits où sera fêté Songkran sur le site de Office du tourisme de Thaïlande.

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok) mardi 11 avril 2017

Bangkok

INFO-SANTE - Tordre le cou à l’AVC!

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’accident vasculaire cérébral (AVC), figure parmi les cinq premières causes de décès au monde. Si l’intervention médicale peut éviter la mort, il est possible que les personnes qui en sont victimes aient à vivre le reste de leur existence avec des séquelles handicapantes. Selon le Dr Kaseansom, du Samitivej Hospital, l’AVC peut être évité dans 80% des cas, c’est pourquoi il préconise la prévention
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine