Bangkok

RANGSIT – Ouverture du premier Campus numérique francophone

Le premier espace numérique francophone universitaire de Thaïlande a ouvert ses portes le lundi 3 avril à l’université de Rangsit. Cette opération est à l’initiative de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

"Nous devons inventer des nouveaux modèles universitaires car les universités sont en train de complètement changer", a déclaré Jean Paul Gaudemar, recteur de l’Agence Universitaire de la francophonie (AUF) au petitjournal.com.

Le premier Campus Numérique francophone Partenaire (CNFp) a ouvert ses portes lundi 3 avril. Cette opération est le fruit d’un partenariat solide entre l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l'université de Rangsit. Le CNFp est un lieu équipé d’outil technologique dédié à la recherche et à l’enseignement de la francophonie.

Salle de formation modulable (visionconférence, ateliers, évènements), espace libres de travail, outils favorisant l’innovation scientifique ou pédagogique, etc. Au total ce campus couvre un surface de 74m2 au 5ème étage du bâtiment le plus moderne de l’Université de Rangsit. "Aujourd’hui le taux de scolarisation dans le supérieur est beaucoup plus important. Viennent à l’université des publics extrêmement différents, plus divers. Les modalités d’enseignement sont souvent tout à fait inadaptées, constate M. Gaudemar. Nous devons trouver des nouvelles formes d’organisation pédagogique avec des nouveaux outils et notamment des outils numériques".

Ce qui compte aujourd’hui est de s’adapter aux nouvelles demandes. "Avec le numérique on peut donner la parole à 10 millions de personnes en même temps, les étudiants peuvent travailler à partir de chez eux et peuvent échanger avec les étudiants du monde entier", poursuit-il.

Le numérique modifie également la relation des enseignants avec leurs étudiants. "Aujourd’hui l’étudiant peut avoir une interactivité avec son enseignant tout le temps Le numérique est une prolongement de ce qu’il se passe à l’intérieur de l’université. Il permet de surmonter les contraintes de temps et d’espace".

Mais le but de la mise en place d’un lieu dédié à l’enseignement de la langue française n’est pas uniquement l’enseignement d’une langue, cela doit également être un lieu de création et de capacité innovantes. "Il y a une dimension francophone mais une dimension qui va au delà de la francophonie. Il faut que cela permette de développer des nouvelles façons de travailler qui pourront servir à toutes les universités quelque que soit la langue qu’elles utilisent ", avance le recteur. "Il faut aussi que l’université soit un lieu de création et de capacité innovante, où l’on puisse inventer de nouvelles activités, créer des start-up, préparer un projet d’entreprise, développer une thèse ou une recherche inédite. L’université devient un lieu on vérifie les connaissances".

L’AUF ambitionne de s’étendre dans d’autres pays d’Asie. Récemment il a effectué un partenariat en Corée et projette de s’étendre au Japon. "On voit s’étendre une attractivité non seulement pour la langue française mais aussi une attractivité pour tout ce que l’on peut faire avec la langue, l’intérêt des services que nous développons à travers la francophonie".

Lisa HANOUN (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 6 avril 2017

Bangkok
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine