Auckland 

WELLINGTON - Des élèves dénoncent la culture du viol au sein des établissements scolaires

Wellington College est au centre des débats depuis que des commentaires d'un groupe privé sur Facebook ont été rendus publics la semaine dernière. Tandis qu'un des élèves du groupe "WC_Corp" menaçait: "si vous ne profitez pas d'une fille ivre, vous n'êtes pas un vrai garçon de WC [Wellington College]" Un autre affirmait plus directement "f *** women".

 

 

En réponse à ces propos abjectes, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le Parlement pour protester contre la culture du viol et réclamer une meilleure éducation sexuelle dans les écoles secondaires.

Sur la pelouse devant le Parlement, Norma McLean, étudiante au lycée de Wellington, a proclamé devant toute la foule qu'elle ne voulait plus vivre dans la peur. "Aujourd'hui, nous envoyons un message important à la Nouvelle-Zélande: nous ne tolérerons plus la culture du viol ... les frais s'arrêtent ici, je veux que mon avenir soit égal à celui d'un homme».

Un autre orateur a déclaré: "Il est important que nous enseignions les droits qu'une femme a sur son propre corps". La vice-première ministre et ministre des Femmes, Paula Bennett, a affirmé que le gouvernement avait entendu les appels des étudiants et qu'il ferait tout son possible pour s'assurer que la notion de consentement était mise en avant dans le programme d'éducation sexuelle

Des organisatrices de ces protestations contre la culture du viol avaient été contraintes de déménager pour des raisons de sécurité. La manifestation devait avoir lieu à l'extérieur du Wellington College lundi après-midi, mais a été transférée au Parlement après que les étudiants de l'école aient affiché des messages menaçants sur Facebook. "Apportez vos voitures et écrasez-les tous", avait affirmé un des élèves. Nul doute que l'école a encore un long chemin à parcourir...

 

 

La rédaction lepetitjournal.com/auckland - Jeudi 16 Mars 2017

PARADOXE - Auckland atteint simultanément par de violentes inondations... et une pénurie d'eau

De l'eau, de l'eau partout... mais pas une goutte à boire !

 

 

Des niveaux record de précipitations ont causé des inondations, des puits et des dégâts importants à travers la région d'Auckland pendant tout le week-end. Dans le quartier de New Lynn, la pression de l'eau sur les rues inondées a ouvert un puit d'un mètre de large, mettant un bâtiment voisin à risque. Selon le NZ Herald, plus de 300 propriétés ont été inondées, certaines avec d'importants dégats, notamment au niveau de l'évacuation des eaux usées. Le météorologue Clark Avril a déclaré au Herald que près de 80mm d'eau était tombé à Auckland en moins de 24 heures.

Comble de cette semaine sous la pluie, et malgré les fortes précipitations, Auckland est également confronté à une pénurie d'eau à travers toute la ville. En effet, les grandes quantités d'eau saturée qui se sont écoulées dans les usines spécialisées ont ralenti le traitement de l'eau. Les experts ont averti les autorités qu'un avis d'ébullition devait être publié et le gouvernement néo-zélandais a appelé les résidents à réduire l'utilisation de l'eau de 20 litres par jour.

La rédaction (lepetitjournal.com/auckland) - Mercredi 15 Mars 2017

SCIENCES - Que se passerait-il en cas d'éruption à Auckland ?

Alors que le paysage de la plus grande ville de Nouvelle-Zélande est marquée par des volcans éteints, des scientifiques du GNS Sciences ont publié un rapport sur ce qui se passerait si l'un d'eux éclate.

 

 

Le scénario de l'éruption envisagé par les chercheurs incluait «l'émergence d'un nouveau volcan, plusieurs éruptions pyroclastiques, une série de petits tremblements de terre volcaniques, des chutes de cendres, des coulées de lave et des blocs balistiques projetés dans l'air». Les scientifiques ont affirmé que chacun de ces éléments pouvait être envisagé, bien qu'il soit peu probable qu'ils se produisent tous en même temps.

Les chercheurs ont examiné une période hypothétique de deux mois commençant par les premiers signes d'activité jusqu'à une éruption et l'émergence d'un nouveau volcan près du Mangere Bridge. Les maisons, les bâtiments et les infrastructures à l'intérieur de cette zone seraient détruits, mais les structures en dehors d'un rayon de 4 km à 5 km pourraient résister à l'éruption.

Le Dr Wilson, en charge du groupe de recherche, a déclaré que la perturbation des services comme l'électricité, l'eau, les communications et les transports pourrait durer longtemps, selon l'endroit où l'éruption s'est produite et a affirmé que personne ne sait où et quand la prochaine éruption se produirait.

Des systèmes complets de surveillance volcanique sont en place à Auckland et donneraient un signal d'alerte sur une éventuelle éruption - "même si cela peut varier de quelques mois avant la catastrophe... à seulement quelques heures" a déclaré le scientifique.

La rédaction lepetitjournal.com/auckland - Mercredi 8 Mars 2017

SPORT - Laurel Hubbard, première athlète transgenre néo-zélandaise à participer à une compétition internationale

Haltérophile transsexuelle, Laurel Hubbard participera cette semaine à l'Internationale Australienne, une grande première dans le sport néo-zélandais.

 

 

Première dans la catégorie des plus de 90kg, Hubbard sera également en ligne pour représenter la Nouvelle-Zélande aux Commonwealth Games de l'année prochaine.

Laurel Hubbard, 39 ans, est la fille de l'ancien maire d'Auckland, Dick Hubbard. Elle a d'abord concouru sous le nom de Gavin avant de changer de sexe. Garry Marshall, président de l'haltérophilie olympique en Nouvelle-Zélande avait déclaré à NZME que Hubbard était admissible à la compétition dans la classe féminine après avoir fourni les résultats de ses tests mensuels de testostérone de ces deux dernières années.

«Elle a longtemps été en compétition en tant qu'homme et ses efforts ont été très forts.» Cette force est restée avec elle en dépit d'une réduction de la testostérone, mais en déplaise aux pays concurrents, il n'a pas encore été prouvé scientifiquement que Laurel bébéficiait d'un avantage lié à son changement de sexe. En attendant donc, go Laurel !

La rédaction lepetitjournal.com/auckland - Mercredi 15 Mars 2017

LOI - Des congés payés supplémentaires pour les victimes de violence conjugale

Une nouvelle loi pourrait permettre aux victimes de violence conjugale de bénéficier de congés payés supplémentaires.

 

 

Le Parlement débattra cette semaine un projet de loi qui considérerait les actes de violence familiale comme un risque pour le milieu du travail et permettrait aux victimes d'obtenir un congé supplémentaire de 10 jours.

La Nouvelle-Zélande possède l'un des pires taux de violence familiale dans le monde occidental. Entre 33 et 39% des femmes néo-zélandaises subissent une violence physique ou sexuelle par leur partenaire au moins une fois dans leur vie.

La ministre de la Justice, Amy Adams, avait promis en début d'année une révision complète des lois au sujet de la violence familiale. Ce projet de loi marque donc le début d'une nouvelle ère (ou du moins on l'espère).

La ministre a reconnu la faiblesse du pays concernant l'aide aux victime, mais a déclaré que le gouvernement concentrerait ses efforts sur l'amélioration du système pour accompagner les victimes et prévenir du danger.

Au même moment, un nouveau groupe, le Backbone Collective, a commencé à enquêter sur les victimes à travers le pays et a déclaré que de nombreuses femmes sont déprimées par le système lorsqu'elles signalent des abus. La cofondatrice Deborah MacKenzie affirme que les erreurs commises par le Tribunal de la famille étaient le plus grand problème soulevé par les femmes qu'elle avait interrogées: "les rapports de police concernant les actes de violence conjugale envers des femmes sont encore souvent minimisés ou incrédules."

La rédaction lepetitjournal.com/auckland - Jeudi 9 Mars 2017

CONCERT - SWIDT : le rap d'Onehunga veut parler au monde

Le site spécialisé Le Bon Son ne s'y était pas trompé et avait consacré en Février un article à SWIDT, groupe de Hip Hop local venu du sud d'Auckland. En concert ce Samedi 25 Mars au Neck of the Woods, les 5 membres à la gueule de mafieux et aux chemises hawaïennes ont déjà été nommés pour le prestigieux "Critic's Choice Award" et ont remporté le prix de l'album de l'année dans la catégorie "Urban / Hip Hop" aux VNZMA. A consommer sans…

FRENCH FILM FESTIVAL - La vie et l'amour

Le French Film Festival bât son plein à Auckland depuis le début du mois de Mars. L'événement propose des films classiques et très associés avec le…

FREE WEEK - Agenda du 13 au 19 Mars

Marre d'entendre parler du concert de Justin Bieber ou déçu de ne pas avoir pu mettre $495 dans un ticket VIP ? Réjouissez-vous : cette semaine…
Une internationale

COUT DE LA VIE - Les pays les plus chers en 2017

Prix des courses, des transports, des services (électricité, eau...), des restaurants et des loyers... Quels sont les pays les plus chers où vivre en 2017 ? En étudiant l’indice des prix à la consommation dans les différents pays, MoveHub a réalisé la carte du monde du coût de la vie. Les résultats dans une infographie. Les Bermudes, la Suisse, Hong Kong, l'Islande et Singapour sont en tête, tandis que l'Egypte, l’Inde et le Pakistan sont les 3…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire