Athenes

"NOTOS" - Une web série atypique

 

Vincent Vaury est un esprit créatif. Il met en scène sa propre web série. Chaque mercredi, à 19 heures, le spectateur découvre un nouvel épisode. Vraie intrigue. Ou petite histoire de comptoir pour le faire patienter. Une semaine sur deux.

Vincent, vous vivez en Grèce depuis plusieurs années. Racontez-nous un peu votre parcours.

Je vis ici depuis 8 ans. Avant, je vivais à Paris. J’étais déjà vidéaste et monteur. Mais je voulais voyager, découvrir autre chose. Un ami m’a annoncé qu’il partait à Athènes. L’idée m’a plu ! Je suis parti avec lui. Je n’avais aucun projet en tête, juste un besoin d’aventure. J’ai découvert la Grèce et elle m’a beaucoup plu. Ce qui devait être un séjour de quelques mois s’est transformé en installation. Tant que je m’y sens bien, je reste ! Côté études, j’ai fait hypokhâgne et deux ans d’histoire à la Sorbonne. Pour finir, j’ai suivi une formation de monteur vidéo. J’ai adoré ! Je me suis lancé dans ce métier. Je suis vidéaste free lance. La vie de bohème !

Deux épisodes de "Notos" sont déjà visibles sur Youtube. Décrivez-nous l’univers particulier de cette web série. 

C’est un univers varié, cosmopolite. C’est ce que j’aime. Et aussi un certain surréalisme. J’aime beaucoup "Fluide glacial" et le cinéma de Quentin Dupieux. L’humour aussi est surréaliste. J’ai un humour légèrement bizarre ! C’est ce qui me vient spontanément quand j’écris. Il n’y a pas de volonté de créer un univers différent ou loufoque, c’est mon truc !

Quelques mots sur l’intrigue ?

Il n‘y a pas de continuité dans les épisodes. Je ne développe pas une intrigue de l’un à l’autre. On peut regarder un seul épisode. Mais on retrouve les mêmes personnages, des blagues récurrentes. Il y a aussi un couple d’acteurs qui apparaît sous un personnage différent à chaque fois. Donc on apprécie mieux la série si on a vu tous les épisodes. C’est un peu comme "Les Simpson". Chaque épisode a sa propre histoire. Les personnages se développent. On en apprend un peu plus sur eux, sur leur psychologie. On s’y attache.

« J’étais le seul à croire vraiment à la réalisation du projet »

Comment la série a-t-elle vu le jour ?

Elle a lieu dans un café traditionnel grec. Une sorte de café où se rencontrent les notables, les vieux grecs. J’y allais souvent avec des amis. Le café "Notos" est original. Il accueille beaucoup d’étrangers, d’un peu partout. C’était mon repère, je suis devenu ami avec le patron. Et j’ai trouvé que c’était un endroit propice à la création d’une série. Mon colocataire de l’époque était comédien et connaissait donc des gens du métier. Le patron a fermé le bar pour le tournage. Je peux tourner quand je veux ! On a un vrai espace à disposition, c’est une valeur ajoutée à la série. On était tous enthousiastes mais j’étais le seul à croire vraiment à la réalisation du projet. Les autres en riaient ! Et quand tous ont vu que le résultat était professionnel, ils ont été de plus en plus motivés.

Il doit être difficile de mettre en place sa propre série web. Comment travaillez-vous au quotidien ?

C’est un long processus. Toutes les deux semaines, un épisode sort. Entre les deux, il y a un petit épisode sur la vie du bar. Un petit gag auquel j’ai pensé. Les épisodes longs me prennent chacun plus de trois mois. Il y a l’écriture du scénario. Il faut réunir tous les acteurs. C’est peut-être le plus délicat. Je dessine tous mes épisodes, plan par plan. Pour que le tournage soit organisé. Ensuite, il faut que les acteurs répètent. C’est dix à douze heures de tournage le week-end. Un week-end pour tourner, c’est très court ! Je ne m’arrête pas. Je suis comme un diablotin ! Je saute partout. Je suis hyperactif ! Quand le tournage est fini, on boit un coup tous ensemble. C’est le meilleur moment ! Avec la satisfaction du travail accompli. Ensuite, je rentre chez moi avec les plans. Je les monte. Je crée l’ambiance sonore, je retouche l’image. Tout cela me prend deux à trois semaines par épisode. Pour les épisodes courts, c’est beaucoup plus simple.

Pourra-t-on suivre une deuxième saison de "Notos" ?

Tout dépendra de l’accueil du public pour la première saison. Avec un public, j’aurai moins de mal à trouver un investisseur ou des sponsors. Ou un autre mode de financement, pourquoi pas participatif. Même si je préfèrerais une vraie production.

Pour suivre "Notos" :

Lien Facebook : facebook.com/notoswebserial

Chaîne Youtube : Notos Web Serial

C.B.    (www.lepetitjournal.com/Athenes) mardi 21 mars 2017

 
Athenes

LES SAISIES IMMOBILIERES - Passent en ligne pour garantir le calme

"Sors d'ici, corbeau!": en Grèce, les notaires en charge des enchères judiciaires sont confrontés à des publics souvent très remontés. Pour y parer, les ventes se feront bientôt sur internet, avec la bénédiction des créanciers du pays. Le site ouvrira en septembre, avec quelque 15.000 biens, explique Georgios Rouskas, président du Conseil national du notariat hellénique.

GASTRONOMIE - Le yaourt grec

Le yaourt grec est réputé dans le monde entier pour sa qualité et son goût, presque aigre mais toujours délicieux. Fabriqué avec du lait de brebis,…

ETE - "Café frappé" à volonté

Une chaise longue, un parasol, un bon bouquin, de la crème solaire... Et comme boisson, vous prendrez quoi ? "Ena frappe metrio me gala". Compagnon…
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine