CIRCULATION – Pair ou impair ?

Mesure anti-pollution, la circulation alternée dans le centre ville d’Athènes a repris du service depuis hier. Mode d’emploi

La police routière a annoncé dans un communiqué de presse que les règles de la circulation alternée sont de nouveau en vigueur. Ainsi, du lundi au jeudi, de 7h à 20h, et le vendredi de 7h à 15h, les conducteurs peuvent ou non utiliser leur voiture pour se rendre en centre ville. Les jours pairs, seules les voitures dont la plaque d’immatriculation se termine par un chiffre pair sont autorisées à rouler et les jours impairs, seules les voitures dont la plaque d’immatriculation se termine par un chiffre impair peuvent circuler en centre ville.
Pendant les week-end et les jours de grève des transports en commun, libre à chacun de circuler à sa guise, quelque soit les chiffres arborés par sa plaque d’immatriculation.
Les personnes qui souhaitent déposer une demande de licence pour circuler tous les jours doivent le faire le 30 septembre auprès de la Police routière. En attendant, la licence 2006-07 est toujours valable.

Zone géographique concernée
La zone géographique concernée est délimitée par les avenues suivantes : Alexandras – Zaharof – Messogeion – Pheidipidou – Mihalokopoulou – Sp. Merkouri – Vriaxidos, Hymittou, Il. Iliou - Phrandzi – Siggrou – Hamosternas – Peiraius – Iera Odos – Konstantinopoleos – Achilleos – Plateia Karaiskaki – Karolou- Marni – Patission – Alexandras. Dans ces rues et avenues qui marquent la frontière l'alternance ne prévaut pas.
Mesure anti pollution ? Certains s’interrogent quant à son efficacité puisque, aujourd’hui, les familles grecques possèdent bien souvent deux voitures, l’une immatriculée pair et l’autre ... impair !
Noémie VALET.
(www.lepetitjournal.com – Athènes ) mardi 4 septembre 2007

 
Athenes

MARTIS - Une tradition grecque pour accueillir le printemps

Mars est considéré comme le premier mois du printemps et en Grèce, il est coutumier de fêter son arrivée par le tissage au crochet d'un bracelet de fils de coton rouge et blanc le 1er mars. On le porte jusqu'à la fin du mois ou bien on le dépose sur des roses à la première hirondelle croisée !

6 MOTS D'AMOUR - De la Grèce antique

Dans la Grèce antique, parler d'amour restait un art très sophistiqué. Les Grecs lui reconnaissaient 6 formes différentes et ils seraient très…
Une internationale

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné, life coach des expatriés français à travers le monde, est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Actu internationale
En direct d'Europe
Heidelberg-Mannheim - Actualité

LA PHOTO DU MOIS - Etudier dans un château

Les 10 000 étudiants de l'Université de Mannheim ont la chance d'étudier dans un cadre royal ! Les locaux de l'Université sont en effet…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné, life coach des expatriés français à travers le monde, est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.

TROUVER SA MISSION DE VIE - Comment cela offre la Liberté, la vraie

Vous êtes expatrié, vous aimez donc sans doute l’aventure et les voyages ? Mais qu’est ce que ces voyages et découverte de nouveaux pays et cultures vous apportent-ils vraiment ? Bien sur, ils apportent plus de connaissances, une meilleure compréhension du monde, plus de tolérance, une grande richesse culturelle, la maîtrise des langues… mais bien au delà de cela, les voyages apportent la sensation d’être libre, la sensation que tout est possible et la sensation de se sentir vraiment vivant. Vous êtes sans doute très attaché à votre liberté et à vivre votre Vie avec un grand V, n’est-ce pas ?
Expat - Politique

PASCAL BONIFACE – Pour que la France retrouve sa cote d’amour à l’étranger

Directeur de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques, Pascal Boniface regrette l’époque pas si lointaine où être Français procurait un avantage inégalable à l’étranger et une prime exceptionnelle de popularité. Dans son Essai Je t’aimais bien tu sais, il s’interroge sur les raison du désamour entre la France et la communauté internationale et propose des remèdes. Interview.
Magazine