MICRO-TROTTOIR - Que pensent les Grecs de la mise en location de leurs îles ?

Certains ironisaient dessus des mois auparavant, aujourd’hui cette solution se présente de plus en plus comme plausible : le gouvernement grec a décidé de mettre en location une dizaine d’îles. Qu’en pensent les Grecs ?

 

Maria, avocate : Se séparer de nos îles, c’est triste d’en arriver là, mais on est en crise. L’important, c’est d’abord d’avoir à manger dans nos assiettes. Alors si on doit aussi vendre l’Acropole pour s’en sortir, allons-y !

Yannis, chauffeur de taxi : C’est une mauvaise idée. C’est notre territoire, notre patrimoine. C’est lamentable d’en arriver là. Le gouvernement n’en a-t-il pas assez de piller nos bourses ? Faut-il aussi qu’on nous enlève la terre de nos ancêtres ?

Sophia, femme de ménage :Cela dépend... Si les acquéreurs de ces îles construisent dessus des hôtels et qu’on engage des grecs pour y travailler, alors pourquoi pas ! C’est du travail en plus !

Antonis, journaliste : C’est une blague. Je n’y crois pas et ne juge pas utile de donner mon opinion à propos d’une rumeur. Quand bien même cette idée aurait effectivement été formulée par le gouvernement (après tout c’est possible, il est désespéré), ça ne passera pas au Parlement.

Angeliki, étudiante en sociologie : En soi, ce n’est pas notre territoire qu’il faut sauver en premier, ce sont les personnes qui vivent dessus. D’autant plus que sur ces îles, il n’y a rien, tout est à construire, alors si des entrepreneurs ont l’argent pour les mettre en valeur et qu’ils veulent les rendre plus attractives, moi je suis d’accord. L’important, je le répète, c’est de sauver le peuple grec de cette crise.

Kostas, sans emplois depuis 2 ans : Cette idée ne me plait pas… Je sais bien que nous sommes en crise, mais il y a surement d’autres solutions. Il y a plein d’exilés fiscaux chez nous, pourquoi ne pas faire du rapatriement de leur argent une priorité ? Tout le monde doit participer à l’effort national mais laissons nos îles en dehors de ça.

Dimitris, étudiant en informatique : Je suis complètement opposé à cette idée. Ça fait longtemps qu’on en entend parler, certains ironisaient sur le fait que le sol grec allait être acheté par les Allemands et à ce que je vois, c’est sur le point de se concrétiser… Ce qui me scandalise c’est qu’on loue la terre à une mafia de riches. La terre n’appartient à personne. En faire le commerce, c’est outrepasser les droits de la nature.
Lydia Belmekki (www.lepetitjournal.com/athenes.html) Mardi 23 octobre 2012

En savoir + sur la mise en location "longue durée" des îles grecques : "
Grèce. Le patrimoine à la dérive", Paris Match, 19 octobre 2012

 
Athenes

FEEL RUSSIA - La Russie s'invite à Athènes

Le festival international de la culture russe FEEL RUSSIA aura lieu à Athènes, au début du mois prochain, pour la toute première fois, dans le cadre des échanges entre la Russie et la Grèce.
Une internationale
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Devenir riche, oui et alors ?

Jean, fils d’ouvriers de la banlieue parisienne, prend l’avion demain pour la ville de Mexico, un départ qu’il espère définitif, « la France ce n’est pas pour moi, cela ne l’a jamais été »
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine