MICRO-TROTTOIR - Que pensent les Grecs de la mise en location de leurs îles ?

Certains ironisaient dessus des mois auparavant, aujourd’hui cette solution se présente de plus en plus comme plausible : le gouvernement grec a décidé de mettre en location une dizaine d’îles. Qu’en pensent les Grecs ?

 

Maria, avocate : Se séparer de nos îles, c’est triste d’en arriver là, mais on est en crise. L’important, c’est d’abord d’avoir à manger dans nos assiettes. Alors si on doit aussi vendre l’Acropole pour s’en sortir, allons-y !

Yannis, chauffeur de taxi : C’est une mauvaise idée. C’est notre territoire, notre patrimoine. C’est lamentable d’en arriver là. Le gouvernement n’en a-t-il pas assez de piller nos bourses ? Faut-il aussi qu’on nous enlève la terre de nos ancêtres ?

Sophia, femme de ménage :Cela dépend... Si les acquéreurs de ces îles construisent dessus des hôtels et qu’on engage des grecs pour y travailler, alors pourquoi pas ! C’est du travail en plus !

Antonis, journaliste : C’est une blague. Je n’y crois pas et ne juge pas utile de donner mon opinion à propos d’une rumeur. Quand bien même cette idée aurait effectivement été formulée par le gouvernement (après tout c’est possible, il est désespéré), ça ne passera pas au Parlement.

Angeliki, étudiante en sociologie : En soi, ce n’est pas notre territoire qu’il faut sauver en premier, ce sont les personnes qui vivent dessus. D’autant plus que sur ces îles, il n’y a rien, tout est à construire, alors si des entrepreneurs ont l’argent pour les mettre en valeur et qu’ils veulent les rendre plus attractives, moi je suis d’accord. L’important, je le répète, c’est de sauver le peuple grec de cette crise.

Kostas, sans emplois depuis 2 ans : Cette idée ne me plait pas… Je sais bien que nous sommes en crise, mais il y a surement d’autres solutions. Il y a plein d’exilés fiscaux chez nous, pourquoi ne pas faire du rapatriement de leur argent une priorité ? Tout le monde doit participer à l’effort national mais laissons nos îles en dehors de ça.

Dimitris, étudiant en informatique : Je suis complètement opposé à cette idée. Ça fait longtemps qu’on en entend parler, certains ironisaient sur le fait que le sol grec allait être acheté par les Allemands et à ce que je vois, c’est sur le point de se concrétiser… Ce qui me scandalise c’est qu’on loue la terre à une mafia de riches. La terre n’appartient à personne. En faire le commerce, c’est outrepasser les droits de la nature.
Lydia Belmekki (www.lepetitjournal.com/athenes.html) Mardi 23 octobre 2012

En savoir + sur la mise en location "longue durée" des îles grecques : "
Grèce. Le patrimoine à la dérive", Paris Match, 19 octobre 2012

 
Athenes

EKAS - L'allocation de solidarité social grecque abandonnée en 2018

Le nouveau document, qui définira le point de départ des discussions au cours de la réunion de l'Eurogroupe, le 5 décembre prochain , inclut de nouvelles coupes dans les prestations de solidarité sociale pour les retraités (CFST) et " l'allocation chauffage" pour les plus modestes.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - La Colombie: un pays sur lequel on parie

Les équipes du W PROJECT ont cette fois posé leurs valises en Colombie. Pays connu pour la qualité de son café, la Colombie tient son nom du célèbre explorateur qui découvrit dit-on l’Amérique. Elle accueille aujourd’hui de nouveaux types d’explorateurs à la recherche de solutions pour entreprendre et innover. Reportage vidéo

CINÉMA FRANÇAIS – Cap sur l’export !

La France est le pays européen qui exporte le plus de films, avec 216 millions d’euros en 2015. L’Amérique du Nord s’impose comme le principal acheteur de ces droits. Pour maintenir et étendre encore le rayonnement du cinéma français, le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) dévoile son plan « Plan Export ».
Expat - Politique

FILLON - En tête aussi chez les Français de l'étranger

Contrairement au premier tour, François Fillon arrive en tête chez les votants de l'étranger. Le report des voix a semble-t-il bien fonctionné pour le vainqueur de la Primaire de la Droite et du centre. On est pourtant loin du raz-de-marée qui a été constaté dans l'Hexagone, avec 52,3% des suffrages. 
Magazine