MICRO-TROTTOIR - Que pensent les Grecs de la mise en location de leurs îles ?

Certains ironisaient dessus des mois auparavant, aujourd’hui cette solution se présente de plus en plus comme plausible : le gouvernement grec a décidé de mettre en location une dizaine d’îles. Qu’en pensent les Grecs ?

 

Maria, avocate : Se séparer de nos îles, c’est triste d’en arriver là, mais on est en crise. L’important, c’est d’abord d’avoir à manger dans nos assiettes. Alors si on doit aussi vendre l’Acropole pour s’en sortir, allons-y !

Yannis, chauffeur de taxi : C’est une mauvaise idée. C’est notre territoire, notre patrimoine. C’est lamentable d’en arriver là. Le gouvernement n’en a-t-il pas assez de piller nos bourses ? Faut-il aussi qu’on nous enlève la terre de nos ancêtres ?

Sophia, femme de ménage :Cela dépend... Si les acquéreurs de ces îles construisent dessus des hôtels et qu’on engage des grecs pour y travailler, alors pourquoi pas ! C’est du travail en plus !

Antonis, journaliste : C’est une blague. Je n’y crois pas et ne juge pas utile de donner mon opinion à propos d’une rumeur. Quand bien même cette idée aurait effectivement été formulée par le gouvernement (après tout c’est possible, il est désespéré), ça ne passera pas au Parlement.

Angeliki, étudiante en sociologie : En soi, ce n’est pas notre territoire qu’il faut sauver en premier, ce sont les personnes qui vivent dessus. D’autant plus que sur ces îles, il n’y a rien, tout est à construire, alors si des entrepreneurs ont l’argent pour les mettre en valeur et qu’ils veulent les rendre plus attractives, moi je suis d’accord. L’important, je le répète, c’est de sauver le peuple grec de cette crise.

Kostas, sans emplois depuis 2 ans : Cette idée ne me plait pas… Je sais bien que nous sommes en crise, mais il y a surement d’autres solutions. Il y a plein d’exilés fiscaux chez nous, pourquoi ne pas faire du rapatriement de leur argent une priorité ? Tout le monde doit participer à l’effort national mais laissons nos îles en dehors de ça.

Dimitris, étudiant en informatique : Je suis complètement opposé à cette idée. Ça fait longtemps qu’on en entend parler, certains ironisaient sur le fait que le sol grec allait être acheté par les Allemands et à ce que je vois, c’est sur le point de se concrétiser… Ce qui me scandalise c’est qu’on loue la terre à une mafia de riches. La terre n’appartient à personne. En faire le commerce, c’est outrepasser les droits de la nature.
Lydia Belmekki (www.lepetitjournal.com/athenes.html) Mardi 23 octobre 2012

En savoir + sur la mise en location "longue durée" des îles grecques : "
Grèce. Le patrimoine à la dérive", Paris Match, 19 octobre 2012

 
Athenes

DIX PROJETS - Financés par des fonds européens

La Commission européenne prévoit d'investir 1,3 mrd€ en Grèce, via les fonds de la politique de cohésion. Cette enveloppe se répartira, d'ici 2020, dans dix projets concernant le haut débit, les transports et l'environnement.

SYROS - Tisse sa toile

Le gouvernement grec vient d'adopter un projet de loi au Parlement qui harmonise le cadre législatif du pays pour la production cinématographique,…

PORTRAIT - Sandales d’artiste

Pandelis est de la troisième génération des Melissinos. C’est en 1920 que son grand-père, Georges, inventa les sandales en cuir de Monastiraki, si…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique
Magazine