Fabienne PETIT, Directeur des activités internationales au sein du groupe Humanis, revient sur les résultats de la grande enquête menée en 2012 auprès de nos lecteurs sur leurs attentes et usages en matière de protection sociale.

Un constat choc : les expatriés français sont de moins en moins bien couverts face aux risques concernant leur santé/prévoyance ou leur retraite.

LePetitJournal.com – Quel est, selon vous, le point marquant des résultats de l’enquête ?
Fabienne Petit – L’enquête que nous avons réalisée cette année et à laquelle ont répondu plus de 1.000 personnes est très riche d’enseignements. Ce qui nous a particulièrement interpellés, c’est la situation de précarité dans laquelle se trouve un nombre important de Français expatriés en matière de protection sociale, et notamment au plan de la santé. 17 % d’entre eux déclarent en effet ne disposer d’aucune assurance santé, qui est pourtant un risque perçu et déclaré comme prioritaire en raison des systèmes de santé très peu protecteurs de certaines destinations.

Par ailleurs, 53 % des expatriés français ne sont pas du tout couverts en termes de prévoyance, en cas de décès ou d’invalidité.

47 % d’entre eux déclarent n’avoir pas du tout préparé ces différents aspects de leur protection sociale avant leur départ à l’étranger. Concernant l’ensemble des composantes de cette dernière, 53 % s’estiment mal informés.

Comment expliquer ce phénomène de la part de Français pourtant attachés à leur couverture sociale ?
Le visage de la mobilité internationale a beaucoup évolué depuis plusieurs années, tout comme les motivations des candidats à l’expatriation.
Parallèlement à la croissance régulière du nombre de candidats au départ, un nouveau profil d’expatriés est apparu. Ceux-ci partent tenter leur chance hors de France, sans véritable perception de la nécessité d’une couverture sociale.

Ainsi, alors que certains expatriés sont bien couverts avec des packages plutôt complets dans le cadre de départs sous couvert d’une entreprise, de plus en plus de Français s’installent à l’étranger en contrat local ou local + (81% des sondés) où  le volet « protection sociale » est parfois très réduit.

Le plus souvent par méconnaissance du fonctionnement de la protection sociale en France, les Français n’ont ainsi pas de conscience précise de son coût. Lors d’une expatriation, ils ne la valorisent pas financièrement vis-à-vis de leur employeur. Ils n’anticipent donc pas dans leur négociation pour la prise en charge de tout ou partie des couvertures, et le découvrent à l’étranger, souvent trop tard.

Quels sont les postes les plus concernés par cette désaffection ?
Si le budget à affecter à la retraite demeure une priorité pour beaucoup, puisque considéré comme un investissement, la prévoyance, qui intègre quant à elle l’évaluation du risque, arrive en bout de course. On est jeune, beau et jamais malade !

Il y a un phénomène d’acceptation du risque qui  peut être à l’origine de situations très difficiles dans le cas d’accidents, de maladies graves, voire de décès d’un des conjoints par exemple.

Comment faire prendre conscience du danger d’un manque de protection sociale à ce public insouciant ?
Nous avons une mission de sensibilisation permanente à mener sur les risques encourus, notamment auprès de ceux qui partent sans l’accompagnement d’une entreprise française.
D’autant que les durées d’expatriation semblent vouloir s’allonger : 71 % des personnes interrogées déclarent ainsi ne pas vouloir rentrer en France.
Aujourd’hui, l’information sur la protection sociale, en amont du départ et une fois sur place, se fait essentiellement par le bouche-à-oreille, par les relations personnelles ou professionnelles.

Internet est également une source complémentaire qui doit être valorisée dans le cadre de la recherche d’informations sur le sujet, avec des contenus très simples et clairs, à forte dimension pédagogique pour chacune des situations de mobilité  internationale rencontrée.


Humanis International : votre protection sociale française partout dans le monde

Le groupe Humanis, issu de la fusion des groupes NOVALIS TAITBOUT et HUMANIS,
est un acteur majeur de la protection sociale.

Humanis International est, au sein du Groupe, la référence de la protection sociale française pour les Français installés à l’international. Nous apportons une réponse globale en santé, prévoyance et retraite à toutes les situations de mobilité internationale, en parfaite continuité avec le système français.

Pour toute question sur votre protection sociale à l’international :

Délégation internationale Humanis

93 rue Marceau – 93187 Montreuil cedex

Tél + 33 (0)1 44 89 43 41

e-mail : delegation-internationale@humanis.com

www.humanis.com
Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine